La Justice relaxe le co-fondateur de Reflets dans une rocambolesque affaire de piratage supposé de données publiques

Les remake de films sont souvent décevants. Pourtant, celui auquel nous avons assisté mardi 23 avril était tout à fait réussi. Surtout la fin. La production avait mis les moyens. Plainte pour accès frauduleux et
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

48 thoughts on “La Justice relaxe le co-fondateur de Reflets dans une rocambolesque affaire de piratage supposé de données publiques”

      1. Merde alors, j’utilise une adresse email jetable bidon-pensée-sur-le-moment-en-débranchant-le-cerveau pour déposer mon commentaire futile, et elle est déjà apparemment associée à un Gravatar avec un madame en photo.

        LOL!

    1. En principe c’est si, et seulement si, le juge condamne la partie « perdante » à payer les frais d’avocats, sur demande de la partie gagnante. Si le juge n’as pas condamné l’anses à payer, les frais sont à la charge de bluetooth.

  1. « Sans entrer dans un mode paranoïaque, on peut se demander si les épisodes comme celui de Reflets, de Wikipedia ou des deux journalistes d’OWNI ne visent pas à imposer une forme d’auto-censure aux media indépendants.  »

    Pas on peut, on doit.

    Encore merci pour ce site.

  2. Ce paradoxe du méchant pirate chinois-du-fbi-financé-par-le-KGB cliquant sur des URLs pour accomplir ce méfait m’a toujours fairt rigoler.

    Il est intéressant de voir la montée en compétence de de nos magistrats et cela permet d’éviter des abus.

    En tout cas content que tu t’en soit bien tiré.

  3. Je savais que Marie interviendrait et demanderait au Papa de notre Fils (Jésus, dit la racaille de Nazareth, pour mémoire) d’intervenir dans cette affaire.

    Souhaitons que lors de Radio Reflets number three un des deux journalistes interviewers tire l’oreille en direct live de ce journaliste invité, qui nous a pondu un papier ici
    http://www.rue89.com/2013/04/24/convocation-deux-journalistes-a-dcri-241753
    digne des heures les plus sombres du journalisme :), celles où les journalistes mollassonnent, dévotionnent, font des ampouleries, ne disent rien et flattent tout, bref, ne servent à rien.

  4. Idem que @Asurya, le gagnant n’a t’il pas ses frais d’avocat payé par la partie adverse ?

    Dans le cas contraire, c’est vite fait d’accuser et de plomber financièrement quelqu’un.

    D’ailleurs il me semble qu’en France, c’est l’inverse des USA.

    France = L’accusé doit démontrer qu’il est innocent !
    USA = L’accusateur doit démontrer que l’accusé est coupable !

    Un maitre @Eolas dans les parages :)

    1. En France on a la présomption d’innocence, tu n’as pas a te justifier si l’autre n’a pas de preuve.

      « La charge de la preuve incombe à l’accusation » (wiki)

      Ce serait un beau bordel, sinon !

        1. Au lecteur-bisounours (que ce terme est à la mode en ce moment…), renseignez-vous vous-mêmes sur le nombre d’innocents qui croupissent en prison dans tous les pays et sous tous les systèmes judiciaires du monde. L’intime conviction, qui suppose qu’il n’y ait pas le moindre doute dans l’esprit du juge ou du jury (doute qui devrait profiter à l’accusé) ne change absolument rien au fait que c’est à l’accusation de prouver ses dires.
          Sinon, il suffirait de montrer quelqu’un du doigt en disant « ce gars-là est coupable, il a une sale tête ». Ça n’est jamais arrivé.
          Tous les innocents envoyés en prison l’ont été suite à un mauvais travail des enquêteurs, parfois de mauvaise foi, mais jamais sur une simple conviction sans preuve.
          Relisez votre article, il dit bien qu’une preuve n’est pas aussi facile à établir qu’on le croit : témoignages, études scientifiques, aveux… La preuve apportée n’est jamais sûre à 100%. La seule preuve sûre serait d’être dans la tête de l’accusé, et encore…
          Il faut donc bien que le juge se forge une opinion.

        2. C’est toi la connerie, j’ai pas dis que ça profitait a tout le monde, mais en théorie ça le devrait.

          Si t’es pas content tu deviens juge et tu change les choses.

          Et pis renseigne toi sur les condamnées qui y sont pour quelques chose.

  5. Salut les barbus,

    ‘tain TRENTE heures de GAV !!!!
    Pour RIEN !
    Et c’était ÉVIDENT des le DÉPART !!

    Si c’est pas de l’intimidation, c’est quoi ?
    De l’incompétence peut être ?
    On voudrait nous le faire croire ?
    Impossible, a ce stade de dégénérescence neural, l’individu n’est plus viable !

    Ravi de vous soutenir déjà, j’espère que d’autres nous rejoindrons.

    Bisous, pleins, velus ;)

  6. Ravi de voir que les juges ont compris le principe: une URL, surtout indexee par Google, n’est pas un mode de piratage informatique.
    Maintenant, il serait sympa que la DCRI apprenne aussi cette lecon. Tout le monde y gagnera du temps et de l’argent.

  7. Je suis sûrement un peu bête mais je ne comprends pas comment cette affaire a pu aller jusque devant une cours de justice?? Comment le dossier a été monter pour que l’accès à une simple url ait pu être transformer en vol de données? Est ce bien la DCRI qui a monté ce dossier cela parrait hallucinant qu’une entité qui est sensé faire partie de « l’élite » des services d’investigation en france ait pu faire une chose pareil, encore une fois sa crédibilité va en prendre un coup si c’est bien le cas…

  8. Je ne sais pas pourquoi, mais dans l’attitude du parquet, j’aurais tendance à y voir comme une volonté d’intimidation… même si les gars savaient que l’affaire n’irait pas loin.
    Qui a pensé à l’affaire Amesys dans cette volonté ?

    1. C’est clairement une volonté d’intimidation:
      le pouvoir politique n’aime pas les journalistes qui font leur taf (les vrais), un petit coup de fil à la DCRI sur enquête qui gêne et hop méthode clé en main: (menaces, cambriolages, n’importe quel pretexte pour faire ierch l’inculpé + GAV).

      A voir ce reportage qui est toujours d’actualité concernant les dérives de cette police politique qui perdure depuis plus de 50 ans.

      Les Renseignements Généraux, autopsie dune police politique:

      http://www.youtube.com/watch?v=yxM6Wpc0Eo8

      Un cas de plus pour aborder le sujet lors du prochain thème de l’émission:

      http://reflets.info/radio-reflets-3/#comment-193315

      Il est temps que ça bouge.

  9. ravi d’avoir un poil contribué à cette « victoire ». Entre guillemets car c’est une catastrophe qu’il y ait eu un procès pour ca…

    Nemo auditur propriam turpitudinem allegans , devenu limite une devise depuis quelques mois.

  10. Je vais me permettre de répondre à certaines questions :

    – concernant les frais de justice. En l’espèce, la question n’a pas été soulevée par le tribunal. S’il y avait eu condamnation, il y aura paiement des frais de justice au titre de l’article 400 quelque chose du Code de Procédure Pénal pour Bluetouff.

    – concernant le rôle de la DCRI. Le plaignant de départ est une entité appartenant à l’Etat, dans ce type d’affaire, c’est la DCRI en tant qu’organe de police qui est compétente MAIS le placement est surtout le prolongement de la garde à vue est décidée par un juge d’instruction.

  11. Une GAV de 30h, manque à gagner et plus
    Une enquête inutile, des heures de travail gaspillées du côté de la justice comme du côté de l’agence de la sécurité alimentaire, le contribuable raque.
    DCRI : Incompétence crasse, pas étonnant qu’on les envoie enquêter sur les fraudeurs en col blanc et les affaires sensibles. S’ils veulent intimider, faudrait déjà qu’ils se couvrent pas de ridicule !

    Quand tes gamins qui veulent faire de l’informatique leur métier ne se donnent pas assez en cours, menace les d’un boulot à la DCRI ou pire, à la CNULLLE…

    1. Heuuuu, je tiens à faire remarquer que les gens de la DCRI savaient très bien ce qu’il en était, mais étaient forcés d’effectuer l’enquête : bien obligés de faire leur taf, puisqu’on leur intime de le faire. Au passage, ils étaient très courtois et très sympathiques, à la DCRI :-)

  12. « A l’issue de ces analyses, nous avons alors constaté qu’il suffisait de disposer de l’url complète permettant d’accéder à la ressource sur l’extranet pour passer outre les règles d’authentification sur ce serveur. »

    Vous déconnez en publiant des trucs comme ça, y a des gens qui bossent en open-space… paye ton fou rire solo quoi… x)

    1. « Pour éviter qu’on me pique mes données, je les ai directement donné à Google pour qu’elle soit hors d’atteinte …
      Pareil pour mes données personnelle, je les ai mises sur Facebook par ce que Facebook est bien sécurisé.

      Et si un vilain pas beau arrive quand même à les avoir, ca ne sera pas de ma faute, parce que moi j’aurais fait la démarche des les protéger…  » #spanou

  13. Tout ça ressemble à de la pure intimidation. 30 heures de GAV, un procès, histoire de créer des « désagréments » et décourager les autres… En tout cas le message est clair. C’est puant.

  14. Félicitations !
    Voir la fin de cette histoire arriver a dû être un grand soulagement.

    Bravo à vous pour avoir tenu et un grand bravo aux juges qui commencent enfin à piger quelques notions d’informatique et de sécurité.

    à demain pour Radio Reflets #3 !
    Amaël

  15. Je ne supporte pas reflets.info pour de nombreuses raisons que je ne vais pas énumérer ici, mais en tant que libéral je m’élève contre tous types de censure des données publiques ou de la presse.

    Vous avez donc tout mon soutien.

  16. Face à un média fragile financièrement, qu’est-ce qui empêcherait une personne ou une organisation de répéter ce genre de procédures afin d’étouffer ledit média ? Une sorte de Justice-Harassment en somme ?

  17. Content que ce soit derrière vous.
    Courage messieurs, et bonne continuation.

     » en plus de vous proposer de jolis articles truffés de lulz, Reflets contribue à la sécurisation des internautes par la confirmation d’une jurisprudence intéressante »

    Et ça vaut son pesant de cacahuètes, merci. Travail informationnel doublé d’un boulot de débroussaillage socio-juridique actif, bien joué. Cela dépasse de loin le simple potentiel informatif de tout travail de recherche théorique et de tout travail journalistique sérieux.
    (je sais, j’ai un papier à vous envoyer depuis des mois pour requérir votre avis de hacker-agent-triple-à-la-solde-de-puissances-obscures-qu’il-faut-bailloner, je vais le finaliser sous peu, mea culpa pour le retard)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *