La confirmation du cynisme des banquiers est venue d’Irlande

Depuis des années, j’évoque l’incantation Vaudou des financiers lorsqu’ils ont plongé le monde dans une crise. Ils ont perdu ? Ils sont au bord de la faillite ? Ils se présentent devant les politiques et
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

29 thoughts on “La confirmation du cynisme des banquiers est venue d’Irlande”

      1. Non, ce n’est pas « l’Islande » qui paie, puisque l’argent provient de la liquidation (des actifs) de la banque.

        Cet article de myeurop.info explique que l’Islande a fait le choix (ou selon le point de vue, « n’a pas eu d’autre choix que ») d’appliquer les règles du …capitalisme. Et osé mettre, « par dessus le marché » (pardon), quelques banksters en prison.

        Règles, que ni les États-Unis, ni l’Europe, n’appliquent.

      2. Cf. Islande vs. UE, devant l’AELE :

        « L’Islande avait le droit […] de refuser de rembourser les épargnants étrangers, a tranché [l’AELE]. […] Le jugement était attendu pour savoir si l’argent public doit sauver ou non des banques en faillite. […] La Commission européenne a réagi en « prenant note » de ce jugement. […] « la Commission maintient son interprétation du mécanisme de garantie des dépôts » »

        http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/01/28/l-islande-avait-le-droit-de-refuser-de-rembourser-les-epargnants-etrangers_1823572_3234.html

        (via LMOUS, encore)
        http://www.lesmotsontunsens.com/islande

        Bref : l’Islande a bien dit « Non, l’argent public ne paiera pas ces dettes privées », ce pourquoi L’UE attaquait l’Islande en prétendant que c’était illégal. L’UE a perdu, mais s’interdit d’en faire autant.

  1. Je dis ça comme ça, mais à agir comme ils le font, c’est eux qui produisent des « terroristes ». Quand on est le plus grand enculé du monde, pas étonnant que l’opposition commence à s’enerver.

      1. Déconnade bien entendu, Kitetoa adore la déconnade. Une espèce de Méric des réseaux de nackers made in France, l’humour total et la raison absolue koaaa.

        Déconnade Daniel67.

          1. Tsss tsss Kitetoa, tu dérapes et dérives une fois de plus sur ma ligne jaune. Si tu n’aimes pas les roms non plus, cémal mon coco. Je ne vais pas devenir hongkongais ou inuit pour te faire plaisir. Je suis rom et fier de l’être! :)

            Décoince un peu, offre moi un coca à Lourdes, on causera, et ça devrait s’arranger entre nous…

            Bonne semaine à toi.

      1. Bonjour DocMartine,je suis impressionné par ton lien,mais n’ayant pas trop de temps ( je travaille,Moi )j’ai mis en Pause cette vidéo au bout de 12mn00.peut être que je regarderai la suite ce dimanche 21 juillet ( c’est ma détente de chaque fin de semaine au p’tit dej = 1 film ),après réflexion rapide,je ne pense pas ;because il me semblai bien avoir entendu que l’eau ne se mélangeras jamais avec l’huile.Petite définition = les molécules d’huile sont composées d’une tête hydrophobe (qui rejette l’eau), et d’une queue hydrophile (qui aime l’eau).
        Mais rassure Toi,elle replace la mairie au milieu du village pour certaines personnes,dommage que ça ne passe pas aux infos.Je suis d’accord avec franck le cantalou et vivons AVEC LE PRÉSENT;

  2. Le lecteur vigilant remercie vivement Kitetoa pour son article \o/

    Et tient à décliner ces lauriers (!) précisant que s’il a pu avoir connaissance de ces publications, ce n’est que grâce à l’excellent billet de LMOUS (merci « Christophe » !). Dont il a pris soin de relayer ce billet auprès de Kitetoa :

    http://www.lesmotsontunsens.com/scandale-en-irlande-les-banquiers-sauves-par-des-chiffres-sortis-de-leur-cul-14358

    Gentlemen, liez-vous donc, EDIT please :)

  3. « Il faut bien entendu écouter l’ensemble des conversations pour mesurer la portée du cynisme affiché par ces banquiers. »

    Il est important de mettre des noms sur ces « décisions »…

  4. Il fallait sauver les banques, c’est probablement assez vrai.
    Par contre dès le début il était évident qu’il n’y avait aucune raison objective de sauver les banquiers…
    « Too big to fail, but not too big to jail ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *