HADOPI : la France exporte sa riposte graduée aux USA

Le gendarme du net à new-yorkCNET rapportait la semaine dernière qu’AT&T, Comcast et Verizon, les 3 plus gros fournisseurs d’accès à Internet américains, seraient sur le point d’entériner un accord visant à mettre en place une riposte graduée sur le même modèle que celui de l’HADOPI. Les négociations seraient déjà bien avancées et pourraient aboutir à la signature d’un accord dés les mois prochain. La Maison Blanche elle même jouerait le rôle d’entremetteur entre les fournisseurs d’accès et les ayants-droit. De son côté, l’Immigrations Customs Enforcement (ICE) aurait saisi plus d’une centaines de noms de domaines destinés à la diffusion d’oeuvres sous copyright.

A mettre en perspective de l’accord anti contrefaçon ACTA qui tente d’imposer plus globalement dans le monde une responsabilisation des intermédiaires, en leur faisant jouer un rôle répressif qui ne leur est normalement pas dévolu, le Congrès américain est également le théâtre de la bataille de l’IP ACT. Tous les intermédiaires : moteurs de recherche, FAI, intermédiaires de paiement, hébergeurs… auront pour responsabilité de jouer aux cowboys du Net. On retrouve en partie là une réponse à la psychose crée par Wikileaks. Saisir le nom de domaine du site n’aura pas été suffisant pour Wikileaks mais devrait l’être pour les petits sites de téléchargement. La question de la gouvernance des DNS pourrait ainsi poser à terme d’autres problèmes plus sérieux si les registars se voient octroyer le pouvoir de déconnecter un domaine.

L’offensive des professionnels du copyright est donc multilatérale et les USA semblent s’inspirer du modèle français, ce avant même qu’il ait pu faire ses preuves chez nous. Le pari, à l’échelle des USA, semble donc encore plus hasardeux, elle soulèvera très vite des problématiques insoupçonnées si l’IP ACT est adopté dans sa version hardcore. L’Internet civilisé à l’américaine est donc bien en train de se profiler. Les coûts du dispositif de la riposte graduée à l’américain seraient supportés par les FAI qui devraient le reporter sur les internautes, sur le prix de l’abonnement… comme en France en fait sauf qu’il n’est pas de bon ton de le dire trop fort… du coup comme chez Reflets, nous avons très mauvais esprit nous allons le crier :

LES FOURNISSEURS D’ACCES INTERNET FERONT PAYER AUX INTERNAUTES LES COUTS CACHES D’HADOPI

Ça c’est fait…

 

Twitter Facebook Google Plus email


1 thought on “HADOPI : la France exporte sa riposte graduée aux USA”

  1. Ben la j’en suis pas sur car vous oubliez une chose c’est que les USA disposent du premier amendement de leur constitution pour leur pire et pour leur bien et ils ont le choix…et en France?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *