Géométrie variable de l’espace politique français

(Tout s’accélère ces dernières semaines au sein du microcosme des partis politiques français. Au point que l’on peut se demander si ce n’est pas une reconfiguration pleine et entière qui s’opère sous les yeux ébahis
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

20 thoughts on “Géométrie variable de l’espace politique français”

  1. Effectivement, le bordel ambiant s’accélère. En un sens la vie politique française se rapproche de celle des US : deux partis interchangeables au pouvoir qui se chamaillent sur des broutilles, et le discours de l’extrême-droite repris par tous…

    En revanche je trouve très dommage d’écarter sans autre forme de procès l’alternative à gauche, en plus en la taxant de « populiste », sceau d’infamie vide de sens et peu coûteux puisque visiblement il suffit de l’énoncer sans explications pour faire semblant d’avoir un avis sur la question.

    Le front de gauche, que vous ne connaissez peut-être que par son porte-parole médiatique JL Mélenchon, a toujours présenté une ligne claire de rupture avec tout ce que déplore l’article. Ce mouvement porte un vrai projet de société, des valeurs certes radicales mais concrètes de partage des richesses, respect de la dignité humaine et écologie politique. Un projet qui s’inscrit radicalement contre les calculs politiques, la novlangue officielle, les magouilles du pouvoir économique et la déliquescence de la démocratie.

    Alors Reflets, moi qui vous aime bien je vous en supplie, réfléchissez avant d’écrire les âneries que scandent BFMTV, Le Point et consorts, je pense qu’il y a des choses qui valent le coup de se battre et qu’on vaut mieux que d’être décrits comme étant « un peu comme le FN »…
    Merci d’avance pour la prochaine fois.

    1. @Tienstiens

      « Le front de gauche, que vous ne connaissez peut-être que par son porte-parole médiatique JL Mélenchon,

      -> ah ah ah

      a toujours présenté une ligne claire de rupture avec tout ce que déplore l’article » :

      -> Oui, mais d’autres partis ont sur le papier plein de trucs pas mal. Genre un parti qui déclare qu’il va s’en prendre à la finance, taxer les hyper riches, combattre le dumping social, et patati et patata. Présenter des lignes claires, c’est la moindre des choses. Ils le font tous. Mais une fois aux manettes, on a comme l’impression que quelque chose se grippe, non ?

      « Un projet qui s’inscrit radicalement contre les calculs politiques, la novlangue officielle, les magouilles du pouvoir économique et la déliquescence de la démocratie. »

      -> C’est beau, c’est émouvant, on y croit. Tous ensemble, tous ensemble, hun hun… Le Chonchon, demain, aux manettes, il va fonctionner radicalement en dehors des calculs politiques et les magouilles ? Allons, allons : un sénateur socialiste qui a roupillé 25 ans dans la deuxième chambre du pays (qui ne sert à rien), et touche ses indemnités de Bruxelles pour encore roupiller ? Tsss tssss : c’est d’une naïveté terrible, cher ami.

      Mais bon, je te propose de lire cet article qui traite à fond le programme du FdG (si, si), parce qu’à Reflets, on lit les programmes politiques. Mais on n’est pas entièrement naïfs ni totalement cons non plus. Encore que pour la connerie, il paraît que c’est notre marque de fabrique, alors…

      http://reflets.info/jean-luc-m-le-dernier-tribun-gauchiste/

      Bonne lecture !

        1. Mais en fait, c’est quoi votre truc à vous? Je vous englobe puisque l’un semble se réclamer de l’autre à coup de clin d’oeils appuyés.
          Serait-ce une forme d’anarchisme?
          Si oui, quelle tendance?
          Proudhon, Reclus, je vais pas citer toute la liste…?
          Ou alors vous n’avez juste aucune perspective politique?
          Auquel cas, vu que vous semblez « conscientisés », ça va, pas trop déprimés?

          1. Yovan et moi on ne se connaît absolument pas du tout. Je lis et apprécie souvent ce qu’il écrit, rien de plus.

            Par conséquent j’ignore complètement où il se situe et à vrai dire ça m’importe peu. Sinon personnellement, n’étant pas politicien et n’ayant pas fait mes humanités, je n’ai aucune perspective politique. J’ai pourtant tenté d’en trouver une en inspectant la situation sous tous les angles possible : pas la moindre perspective en vue. Juste de la poussière et des moutons, comme sous mon lit.

            Je connais mal Proudhon : il est assez barbant à lire. Reclus a plus de peps, et avait au moins le grand mérite de vivre en phase avec ses chouettes idées, lui. Mais je retiens de lui surtout sa Nouvelle Géographie ; le reste est tout aussi brillant mais a quand même bien mal vieilli.

            Être conscient de la situation, c’est le kief assuré à peu de frais, vous savez. C’est une époque vraiment palpitante et quelle chance extraordinaire de pouvoir vivre en plein dedans…

          2. C’est vrai que Proudhon est imbitable, mais le personnage est intéressant et ses idées parfois stimulante. De Reclus, je n’ai retenu qu’ Histoire d’une montagne. Même pas sûr d’en avoir lu d’autres d’ailleurs… Mais encore une fois personnage fort.
            J’aimerais bien être anarchiste , mais je n’y arrive pas…
            C’est beau, c’est plein de vérités, mais totalement utopique. Tout au plus une expérience de pensée, un aiguillon.

            Je ne sais pas comment on peut se régaler du spectacle du réel comme on se régale devant un film, avec le détachement induit par la position de PUR spectateur.

      1. Si on compile certains de tes récents billets :
        Mélenchon développe des trucs qui me parlent, mais c’est probablement un escroc comme les autres.
        D’ailleurs le système est complètement vérolé et verrouillé (leurs commanditaires ont avalé la clef).
        Les gens se bougent pas, alors qu’on se casse le cul à les informer et qu’ils ont les outils pour se liguer.
        Marine Lepen prend de la place et me fait peur.

        (si j’avais pas posté d’un téléphone, j’aurais pris le temps de mettre les liens pour plus de clarté… Mais là, trop chiant)

        Moi, je me dis qu’il y a une certaine matière, d’accord, mais aussi un
        Paradoxe?
        Inconséquence?
        Réflexion inaboutie?
        Blocage?

      2. Je cite l’article que vous m’avez conseillé :
        >> que le Cap’tain nous file des boutons ou non, il est une chose qui ne peut être niée : il est le seul à avoir un véritable programme construit, et surtout le seul à prendre en compte dans ses propositions la gravité de la situation dans laquelle est plongée le pays des églises, des bérets, des ronds points et du CAC 40. Avec ses solutions de gauche : mais qui ont le mérite d’exister. Ensuite, la possibilité qu’il puisse appliquer tout ça s’il était élu… ça reste à voir… mais bon… pour ceux qui votent à gauche et croient à la pseudo démocratie représentative, ça doit faire rêver. <<

        Eh ben, même si les problématiques ont un peu changé depuis 2012, c'est exactement mon point de vue.

        Je ne suis pas "chonolâtre", j'ai une vision personnelle de ce que je souhaiterais voir changer dans notre société et j'en retrouve une grande partie dans les idées Méluche / Chonchon / L'autreConDansLaTélé(quej'aid'ailleurspas). Ca fait sans doute de moi un idéaliste ou un "naïf" pour des gens probablement parfaits comme vous qui ne croient en rien parce qu'il SAVENT, certes.

        Mais si demain Méluche fait alliance avec les hiérarques socialiste, ou bien se met à soutenir des réformes aussi révoltantes que l'ANI ou l'allongement des années de cotisation, ça fera mal parce qu'on lui aura fait confiance, mais j'ai aucun problème pour en mettre un autre à sa place. Il sera sans doute moins bon orateur et c'est bien triste, mais l'important c'est les idées (limitation des hauts salaires, début de revenu universel, séparation des activités bancaires, communalisation de l'énergie, taxation des transactions financières, rupture avec l'américanisme béat, et j'en passe…).

        Pour l'instant Méluche est le bélier de la gauche, il a du talent pour remettre à leur place, le plus souvent élégamment, les journalistes politiques, pour forcer le débat là où il n'y en a pas eu depuis longtemps, et pour faire entrer dans la discussion les idées progressistes dont j'ai parlé plus haut. Je ne tiens pas à lui, mais à ce qu'il fait.

        Et puis au bout d'un moment, qu'est-ce qu'on fait nous ? On s'engage localement, okay, très bien. Mais on fait quoi à l'échelle nationale ?
        Je pense, comme vous il me semble, que le système actuel est vérolé et verrouillé. Pensez-vous que sans le FdG, sans son programme d'espoir (sans vouloir parler pour les blasés ou les pessimistes), on s'en porterait mieux ? La seule alternative pour ceux qui croient encore en la démocratie, ceux que vous prenez de si haut pour cela, mais qui n'ont plus envie d'entrer dans le jeu des partis au pouvoir, eh bien ça serait le FN, avec toutes ses valeurs mortifères.

        Bon, après tout, je ne vous reproche rien, parce que vous êtes à peu de choses près la version pessimiste de mon opinion, celle des mauvais jours quoi. Je sais donc déjà ce que vous avez à répondre à tous les espoirs démocratiques dont je parle. Le FdG est un mirage, s'il arrive au pouvoir il n'en fera pas plus que les autres, et tutti quanti.

        Mais au bout d'un moment, comment expliquer les progrès sociaux obtenus dans l'histoire, sinon par la lutte ? Je ne sais pas si le FdG tiendra ou pas ses promesses, mais je trouve important de ne pas mépriser ces espoirs et ces idées, elles font leur chemin et tant mieux.

        Là je ne sais pas si vous me suivez, parce qu'on pourrait très bien débattre aussi du mot "progrès", de ce que devrait être l'organisation humaine à l'échelle d'un pays, etc. Personnellement, bien que jamais totalement satisfait par ce choix, j'ai choisi la lutte collective et le cadre républicain. Je suis tout disposé à la critique sur ce point, mais ne venez pas reniez mon idéal et celui de plusieurs millions de gens si vous n'avez rien à expliquer de plus que "vous êtes une bande de naïfs".

        Respectueusement.

  2. « Le front de gauche ressemble de plus en plus à une sorte de rassemblement populiste rugissant, qui appelle à « faire le ménage », à peu près comme le FN, mais version « ami des immigrés et des sans-papiers ». »
    Faire le ménage, que suggères-tu d’autre dans ce billet?
    Le FN est donc d’après toi l’étalon de la contestation, le parti qui te sert de référence en la matière. Tu aurais pu comparer au NPA, ou à LO. Le seul point commun entre le FDG et le FN est leur position de challengers des 2 gros.
    Populisme, n’est-ce pas précisément le tous pourris que tu dénonces ici en te cachant derrière « certains ».
    Alors on va dire, voici l’armée du FDG qui débarque pour protéger son maître…
    Ok, je ne pourrai convaincre personne du contraire car les schémas mentaux sont limités en variétés (je suis comme tout le monde) et que cette façon de voir est indéboulonnable. Je préfère essayer ce parti avant le naufrage.
    Toi, tu proposes quelque chose?

      1. Génial!
        C’est bon les gars, on rentre à la maison, y a Beppe Grillo qui s’occupe de tout.
        En plus on va se poiler!

        Donc ça répond à la question que je pose plus haut à un de tes compères, aucune perspective politique et moral soutenu par la dérision.

        Un genre de « politesse du désespoir ».

        Ça se défend évidemment.

  3. Ah ben j’étais pas le seul à plus rien comprendre.
    Merci Yovan pour les explications cristallines.

    Et à tout hasard, pour comprendre et décortiquer l(évolution du monde politique, vous tournez à combien de tubes d’aspirine / jour chez Reflets ?

    1. De la meme maniere, je trouve que ces « trois theses » sont plus complementaires qu’alternatives.
      La premiere denonce les moyens que les politiciens actuels appliquent pour garder leur position; la deuxieme leur impuissance a agir sur des domaines significatifs; la troisieme leur manque de volonte et/ou de conviction reelle.
      Moyens (importants), marge d’action (insignifiante), objectifs (nuls).

      Difficile de dire s’il s’agit vraiment de la situation politique actuelle, mais ils voudraient nous le faire croire qu’ils ne s’y prendraient pas autrement. :)

  4. De droite à gauche :

    FN : faf
    E&R : >.<
    UMP : x)
    UPR : FFA
    UDI : LOL
    MoDem : #lulz (?)
    PS (aile droite) : cf. UMP
    PP : XD
    PS (aile gauche) : cf. PCF
    S&P : wtf
    PCF : kikou
    PG : troll
    FdG (hors PCF/PG) : lolilol
    PRCF/POI/NPA/LO : rolf
    PCR : roflmao
    Anar : fuck yeah !

    Ça c'est de la putain d'analyse politique, merci Yovan, tu rox, trop (poney inside ©™®).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *