Grèce, Europe : tuons le messager

Standard & Poor’s a revu la note grecque de BB- à B tandis que Moody’s l’a placée sous surveillance pour un futur abaissement. Standard & Poor’s estime qu’une réduction de moitié de la valeur nominale
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

3 thoughts on “Grèce, Europe : tuons le messager”

  1. Tu mets le doigt sur le point le plus grave de cette histoire : l’existence même des CDS. Cette invention est complètement diabolique puisqu’elle empêche la Grèce de se relever.

    Rapidement, les CDS, comme tu le dis, sont des assurances que les gens prennent pour se prémunir de la faillite d’un état ou d’une entreprise. Le truc vicieux est qu’il n’est pas nécessaire d’être créancier de ces états ou entreprises pour pouvoir acheter une assurance. Comme dirait Paul Jorion, cela revient à prendre une assurance pour la bagnole de son voisin. On se retrouve à espérer la faillite du pays (ou le vol de la voiture de son voisin) afin de toucher la prime.

    Le truc encore plus vicieux c’est que les établissements financiers se servent de ces CDS pour caler les taux d’intérêt auxquels peut emprunter la Grèce. Ils considèrent que si les gens cherchent à se prémunir de la faillite de l’état c’est que le risque de faillite est grand, d’où l’explosion des taux d’intérêt. On entre dans un cercle vicieux où la seule issue est réellement la faillite de la Grèce, ou la renégociation de sa dette, qui arrivera inexorablement.

    Sad…

  2. Effectivement on critique le phénomène d’autorealisation des predictions des agences de notation (ou d’amplification des problemes), mais on ne peut pas reprocher aux agences de montrer une realité qui ne nous plait pas sous pretexte que ca permettrait de continuer comme si rien n’etait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *