Gaz de schiste : une bulle ?

Voir l’eau du robinet s’enflammer au contact d’un briquet a de quoi doucher les plus optimistes quant à l’intérêt de l’exploitation des gaz de schiste. C’est, entre autres choses, ce que montrait le film Gasland
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

9 thoughts on “Gaz de schiste : une bulle ?”

  1. Pour aller dans le même sens, Goldman Sachs a émis un rapport recensé ici (voir lien plus bas), pour expliquer que si un investissement massif n’a pas lieu les capacités et la production du gaz de schiste aller s’effondrer… Autrement-dit nous sommes au point de basculement de la pyramide.

    Par ailleurs, industriellement ça pose de vrai défis. Les installations énergétiques (réseaux, centrales thermiques, hydrau, ou même nucléaires) nécessitent des investissements colossaux sur des décinies… Si on s’amuse à faire des bulles sur ces systèmes qui éclatent tous les dix ans, cela va poser des problémes autrement plus gênant qu’une bulle immobilière. On ne peux pas aller contre la physique, une fois que l’énergie est gaspillée, elle est gaspillée. IL n’y a pas de banque centrale pour émettre des liquidités et sauver le système.

    http://petrole.blog.lemonde.fr/2013/10/08/le-court-avenir-du-petrole-de-schiste-vu-par-goldman-sachs/

  2. Oui, ça a tout d’une bulle, mais je trouve que stratégiquement, ça a permis à l’Amérique de s’extirpé un peu de sa dépendance énergétique vis à vis du Moyen-Orient/Ex bloc soviétique…

    Cela a aussi forcement influé dans les discussion Russo-Américaine par rapport à la Syrie…

    Bref, article intéressant, mais à creuser encore ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *