François Fillon : au lieu de « recadrer » vos troupes, séparez-vous d’elles…

Il y a comme une distorsion de la réalité. Le président de la république, Nicolas Sarkozy a enclenché un virage serré vers l’extrême droite sous l’influence, notamment, de son conseiller Patrick Buisson, ancien rédacteur en chef de Minute Nicolas Sarkozy souffle constamment sur les braises du racisme. Que ce soit par le biais du débat sur l’identité nationale, sur la mise en place même d’un ministère de l’identité nationale, par le biais d’un débat de la place d’islam dans la république. Et lorsque cela dérape, comme c’était prévisible et très probablement voulu, François Fillon monte au créneau pour, dit-il « recadrer » ses troupes.

Ah noooon, mes amis, là vous allez trop loin, c’est pas bien de dire des trucs pareils.

M. Fillon apparaît dès lors comme une sorte de caution morale de l’UMP, un rempart.

C’est oublier un peu vite que François Fillon est le premier ministre de Nicolas Sarkozy et en cela, l’artisan de sa politique. Il est donc parfaitement co-responsable de ce qui se passe dans ce pays.

C’est oublier aussi qu’au lieu de « recadrer » ses troupes, il ferait mieux de se défaire des branches pourries qui n’assument pas leurs opinions d’extrême-droite au point de passer au FN. Peut-être ont-elles aussi peur de ne pas être élues aussi confortablement sous l’étiquette FN que sous celle de l’UMP.

Le Droite Libre, le courant de l’UMP qui fait la passerelle entre le FN et le parti présidentiel, et qui est aussi en toile de fond dans la création d’Atlantico, se lâche chaque jour un peu plus sur son blog.

Thierry Mariani défend Eric Zemour et critique sa condamnation pour incitation à la haine raciale. L’UMP invite Eric Zemmour pour l’entendre appeler à la suppression des lois anti-racistes. Et Jean-François Copé applaudit et justifie.

M. Fillon, il est vraiment temps de vous moquer des Français. Ceux qui ne se retrouvent pas dans les théories racistes et antisémites du Front National et de la passerelle de votre groupe d’amis vers ce parti. Il est temps d’exclure de vos rangs ces personnes. Pas de les pousser à se lâcher et de les rappeler timidement à l’ordre par la suite. PArce que, jusqu’à preuve du contraire, ceux qui ne se reconnaissent pas dans ces thèses -dont chacun sait où elles mènent- sont encore majoritaires dans ce pays.

 

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).


3 thoughts on “François Fillon : au lieu de « recadrer » vos troupes, séparez-vous d’elles…”

  1. Le simple fait de constater que les personnes qui ont dérapé sont encore aujourd’hui, de près ou de loin , en charge des intérêts de notre pays ou de sa représentation et que certains ont été excusés voire défendus, se passe d’autre commentaire ou explication.Nos politiques calfeutrent les brèches causées par les boulettes avec de la vaseline ou du coton mais semblent se contrefoutre completement de l’avis de ceux à qui ils sont censés constitutionnellement rendre des comptes, à savoir les français. Je pense que comme réponse, c’est on ne peut plus clair…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *