Fin de parti(e)s

Dimanche dernier, le principal parti de droite a montré publiquement sa faiblesse a dégager une majorité structurée et cohérente en position de construire si ce n’est une alternance, ou du moins, une alternative.

Les observateurs n’ont pas manqué d’observer (c’est leur métier) que ce scrutin intervenait quatre ans, quasiment jour pour jour, après le congrès de Reims qui avait vu une majorité socialiste issue des urnes avec le même score (50,04 %), c’est à dire pas grand chose, lorsque l’on connait les conditions naturelles de vote dans certaines féodalités locales.

C’est donc probablement dans le secret de quelque bureau centralisé du parti que la décision a été prise d’en trancher, pour en finir une bonne fois, dans le sens de la majorité de… l’appareil.

Encore une fois, les médias étrangers se sont gaussés de notre fameuse exception française, à nous de chez nous, les citoyens en ont fait des blagues de bistrot et la république de guingois a repris son chemin en claudiquant des godillots.

On peut se féliciter du respect par la minorité de la règle majoritaire. On peut aussi s’interroger de cette démocratie de joueurs de dés, aux tripatouillages de fond de salle, aux manoeuvres incertaines, voir de bousculades musclées.

On peut seulement espérer que le peuple ne se lasse in fine de déléguer la responsabilité suprême à des camarillas d’opportunité ou même bientôt, pour faire moderne, à des agences de notation finalement en charge des grands enjeux de la nation.

Twitter Facebook Google Plus email


13 thoughts on “Fin de parti(e)s”

  1. Ah oui, mais non ! ! !
    Ils ont oublié de compter les voix de Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna et Mayotte, qui n’auraient pas été prises en compte.
    Enfin, c’est ce que mon oreillette me dit quand je mets le frein à main… Copé ou Fion, à quel saint se vouer, mon pôv’monsieur ?

    –  » les médias étrangers se sont gaussés de notre fameuse exception française »
    Bon là, faut pas déconner outre mesure, hein ? Beaucoup de pays, dont je tairais les noms, nous font des simulacres d’élections à tomber sur le cul.
    Juste un exemple, dont je tairais le nom également, par crainte de représailles (parce que le web, c’est pas sûr comme endroit) où on a vu un certain GW Bush se faire réélire après tripatouillage de votes électroniques et épluchage de résultats pendant de nombreux jours…

  2. D’ailleurs, on critique souvent les votes électroniques, et je suis moi même assez partisan de l’analogique dans certains domaines (comme les élections), mais quand on voit le professionnalisme des organismes censés s’occuper du décompte des voix, je me dit que même avec des fraudes (parce que bien sûr il n’y a aucune fraude quand c’est humainement géré, on en a eu une flagrante démonstration) on aurait presque un résultat plus proche de la volonté du peuple avec ces bonnes grosses machines… Encore une victoire de la démocratie, hourra !

  3. Le camp Fion qui ne fait même pas confiance aux instances de son propre parti pour rendre un arbitrage impartial, ça me laisse rêveur… « Nonon pas chez nous, ya que des pourris qui vont magouiller. Appelons plutôt à la rescousse le mec qui a fait un stage de super-héros au Canada et qui est toujours resté droit dans ses bottes »

    Lassons-nous ! Lassons-nous de ces mascarades, ne nous inscrivons plus sur les listes électorales, n’allons plus voter pour ces guignols de professionnels de la politique et mettons-les au chômage (ça vaut toujours mieux que la corde)

    J’attends avec impatience le jour où dans les suffrages nationaux ne s’exprimeront plus que 0.5% de la population, le jour où le peuple dira au vainqueur qu’il est chef de rien et qu’il peut rentrer chez lui, et la bise aux enfants, hein.

  4. C’est surtout la bonne excuse pour faire revenir Sarkozy. Si je me souviens bien, dans les anciens statuts, c’était une direction collégiale. Je les vois bien diriger leur parti tous les deux avec naboléon pour faire les arbitrages… Vous pensez que le story telling version UMP est aussi prévisible que ça?

  5. @Philippe Caduque :
    Je suis tout à fait d’accord pour dire que les politiciens actuels font de la merde (ceux de l’UMP étant quand même particulièrement doués dans ce domaine, de point de vue), mais non, l’abstention n’est pas une solution, bien au contraire.

    Si tu veux que ça change, t’as plusieurs solutions…
    – Voter pour le candidat dont les idées s’approche les plus des tiennes. Regarde du coté des « petits » candidats, notamment;
    – Si t’es les couilles qu’il faut, fais ta propre campagne, voir même lance une nouvelle révolution;
    – Met en lumière les lacunes des politiciens actuels, et diffuses-les;
    – Ou alors, penses à une solution à laquelle je n’ai pas pensé, il y en a certainement…

    Mais il faut bien se dire que l’abstention, ce n’est pas dire « non » à tous les politiciens… C’est juste se tirer une balle dans le pied.
    Il y a des gens, aussi surprenant que cela puisse paraitre, qui VEULENT que leur partis soit/revienne au pouvoir… Et ces gens là iront voter, crois-moi. Et ce sont eux qui seront entendu.

  6. L’abstention ne sera pas une solution tant qu’elle ne sera pas largement majoritaire. N’y a-t-il rien dans les textes de loi, qui invalide une élection lorsqu’un certain seuil de votes n’a pas été atteint ? Suis-je un doux rêveur ? Ah bah oui, en fait.

    Comme tu le dis si bien, il y aura toujours des gens qui iront voter : ceux qui ont un intérêt personnel direct à élire untel ou unetelle. Je ne trouve pas cela surprenant du tout.
    Les « petits candidats » des « petits partis » m’énervent pour la plupart : je n’arrive pas à comprendre pourquoi ils sont incapables de mettre de côté leurs différences minimes, le temps de porter un projet de société commun.
    Restent les « très petits candidats », affiliés à aucune structure politique. Je serais bien allé voter pour une liste de ce type aux dernières législatives, mais comme je n’ai plus de carte d’électeur depuis une dizaine d’années…

    Pour ne pas rester complètement inactif sur le plan politique, j’incite mes collègues de boulot à visionner des vidéos d’Étienne Chouard sur le net, j’installe des liens vers Reflets dans les ordinateurs de mes amis.
    C’est peu de choses, j’en ai bien conscience. Mais ça me semble quand même plus utile que glisser mon bulletin dans l’urne tous les deux ou trois ans.

      1. Je verrais bien une règle du genre: en cas de trop forte abstention, ou trop de bulletins blanc, on refait une autre élection mais tous les candidats précédents sont éliminés, ils ne peuvent pas se représenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *