Facebook : Round two … Fight !

Le 7 mars 2011, j’écrivais mon premier article pour Reflets.info : « Facebook, premier service public mondial ? » Avec l’optimisme et l’ouverture d’esprit qui me caractérisent, je choisissais, comme premier sujet, d’interpeller Mark Zuckerberg le fondateur de Facebook.
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

34 thoughts on “Facebook : Round two … Fight !”

  1. « Mark, tu m’inquiètes… Tu me pousses à la paranoïa ! S’il te plait, une bonne fois pour toutes, écoute un peu tes clients / utilisateurs. »

    Ouais enfin bon, les gens peuvent aussi cesser de confondre Internet et Facebook.

    T’as un compte Facebook, shaman? Moi non plus.

  2. Faudrai appeller tous ceux qui sont sur facebook à rentrer des information foireuse sur leur profil. Creer des evenement inexistants, des villes visitées inexistantes, …

    Voir même lister les chercheurs qui ont pu bossé pour la CIA, déduire les algo les plus probablement utilisé pour l’extraction de connaissance et faire des tools qui les rendent inutilisable.

    S’amuser quoi.

      1. Une appli facebook qui, quand tu t’y abonne, te genère des connections avec les autres « manifestants », emet des privtes messages random avec ces personnes qui font tilter les consoles de la CIA … qui rend moi clean ton profil ( changement regulières de vue politiques, religieuse, … ) sans trop pénaliser « l’experience utilisateur » facebook :)

        100% legal, tu ne fait que modifier ton profil.

        L’appli est bien sur plugée sur quelques algo d’IA bien couillus pour démonter les fameux « algos d’extraction de connaissance ».

        Une sorte d’entitée sombre, influant sur le reseau social … :)

  3. Je en connaissais pas cet aspect des choses, merci de cet article.

    Pour ce qui me concerne je me suis penché sur la question de la politique des « noms véritables » en quelques articles que l’on peut trouver sur mon site et ici : http://www.agoravox.fr/auteur/jcm

    Le dernier : « Présidentielles, écologie, Facebook, Google et vote blanc » http://activart.com/intelliblug/index.php/2011/08/02/121-presidentielles-ecologie-facebook-google-et-vote-blanc

    Il faut absolument que tous nous ouvrions les yeux, que nous réagissions, car nous allons dans de très mauvaises directions…

  4. Je m’étonne de voir tans de pictos Facebook sur ce site ! Manque plus que Google+ pour votre collaboration à la collecte de Big Brother.
    Pour info, les naifs qui ont ouvert un compte FB avec de vraies infos, celles-ci sont déjà stockées sur les serveurs de la NSA, pas la peine de se fatiguer à les modifier. Et pour éviter la géolocalisation,regardez du côté de la rubrique funéraire, pour récupérer les portables des morts.
    Le pire, c’est que pour poster ici, il faut une adresse de messagerie valide !

  5. Des infos (très) inquiétantes.
    Qui ne font, au final, que confirmer ce que je pense de Facebook, et ce que j’en craignais, de manière confuse et inconsciente.
    Google-Facebook, la toute-puissance américaine… ce qui m’inquiète le plus, au final, c’est le manque de réaction des personnes à qui on en parle.

    Faut-il continuer à « pisser dans un violon » et attendre l’apocalypse, pour se consoler en disant, après coup : « je vous l’avais bien dit » ?

    Non, ce ne serait pas sérieux. Mais que c’est désespérant.

  6. Juste deux ou trois petites remarques: la silicon valley étant historiquement liée à la défense américaine (voir à ce sujet cette conférence passionante http://www.youtube.com/watch?v=hFSPHfZQpIQ&feature=player_embedded) et par essence incestueuse (les compagnies vont et viennent mais on passe de l’une à l’autre avec une certaine fluidité….), constater que InQTel à ses doigts partout est un peu comme dire que l’eau ca mouille.

    Les américains voient avec raison les sites sociaux comme les autres médias américains comme des instruments d’influence, et éventuellement de renseignement. Ils ont d’ailleurs raison. Ne soyons pas naif, toute entreprise opérant basée dans un pays est soumise aux lois qui s’y appliquent et au pouvoir des instruments de son exécutif. Donc oui, une société américaine aura de bonne chances de collaborer avec la justice et les services de l’état américain … l’eau ca mouille.

    Pour le « hack » Syrien, c’est un bête man in the middle qui peut être fait par redirection niveau IP ou sous jacent ou tout bêtement par un forcage d’entrée DNS.Conclusion comme dit l’EFF ca n’est pas trés sophistiqué. Pas besoin de DPI de sondes haute vitesse, d’injection temps réel et autre technos des années 2000. On parle de technologies des années 90 la.

    Confiance dans le SSL, oui la aussi, le problème n’est pas dans la technologie (qui n’est pas extraordinaire mais pas honteuse), mais dans la compréhension de la sécurité par les utilisateurs (évidemment les états n’y voient pas de problème). Certaines extensions de navigateur peuvent analyser les certificats présentés et formuler la question de confiance plus clairement: rémanence des certificats, explicitation de la CA… Ca peut aider ou pas.

    Si vous voulez continuer dans la même route, je vous invite à questionner le choix de rc4 comme algo par défaut quand on visite en SSL Google ou Facebook. Cet algo est certes rapide, mais pourquoi ne pas utiliser l’AES maintenant standard. Serai-ce parceque la solidité du RC4 est questionnée et qu’il serai peut être faisable de le casser rapidement …. nan.

    Tiens un hélico noir.

    Noooon nooon c’est pas moi ….

  7. Bon article. Un round passionnant!
    Mais j’ai dû louper une marche dans l’escalator temporel. L’article de Tom Hodgkinson dans le guardian date plutôt de 2008 que de 1998, non?
    Évidemment, tous les lecteurs auront corrigé avec aisance.

  8. chuis déçu …

    pasque personne , jamais ne remet en cause le modéle fessebouc sous l’angle sous lequel il est le plus critiquable …

    fessebouc et tout le ouebbe social, c’est jamais qu’un agglomérat de boutons « i like » … une sorte de machine à produire des sms sans avoir à s’emmerder à les taper …

    mais cette critique reste à faire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *