Egypte : petits secrets d’une dictature (Episode 2)

Qui n’a jamais rêvé en France de lire de croustillants petits papiers contenant les mentions « Top secret » présents dans les coffre-forts de la DCRI ou du ministère de l’intérieur ? Et bien, il semblerait qu’au pays des pyramides, ce rêve est enfin devenu une réalité.

Depuis hier midi, samedi 5 mars, un des derniers remparts de l’ancien régime du dictateur Moubarak est enfin occupé par  les militaires. Les différents bâtiments du lugubre mabaheth Amn el dawla, ou appareil de la sécurité d’état ont été pris d’assaut par la foule en colère lorsque des passants ont remarqué le manège, peu glorieux, d’officiers faisant des va et vient entre leurs bureaux et les jardins, afin d’y brûler des documents secrets. Après de vives altercations, les citoyens aidés par les militaires ont réussis à forcer les portes du bâtiment et se sont emparés de ce qui restait des documents secrets de la machine de terreur du régime déchu d’Hosni Moubarak.

Il faut comprendre que la sécurité d’état était l’appareil le plus influent et le plus répressif de l’ancien régime. Il dépendait directement du ministre de l’intérieur. Comme dans toute bonne dictature qui se respecte, ses geôles ont hébergé sans distinctions et dans tous les gouvernorats d’Egypte, des professeurs d’universités, des hommes d’affaires, des frères musulmans, des communistes, des blogueurs et n’importe quelle personne susceptible de nuire au régime.

Comme il fallait s’y attendre, les documents ont été assez rapidement scannés et mis en ligne sur Internet dans ce que les égyptiens appellent déjà le AmnElDawla-gate. Voici un petit avant-goût de ce que les membres de cet appareil concoctaient…Le contraste est saisissant  entre ce pays que nos politiques citaient comme un exemple de stabilité, au point de vouloir faire d’Hosni Moubarak l’un des piliers de l’Union pour la Méditerranée, le « machin » de Nicolas Sarkozy qui est en train d’être péniblement relancé.

Ecoutes téléphoniques

Voici quelques documents présentant les différents compte-rendus des écoutes téléphoniques du parti d’opposition d’Ayman Nour (parti « Al-ghad » ou le parti de demain). Les membres de la sécurité d’état font référence notamment à la façon dont Ayman Nour a publié son livre et les méthodes utilisées par sa femme pour l’imprimer et le vendre discrètement pour renflouer les caisses du parti.

Rentrées scolaires et universitaires

L’appareil ne s’arrête  pas à la sécurité, bien au contraire, le document suivant expose les différents moyens pour contrôler les rentrées universitaires et scolaires afin d’éviter l’organisation de manifestations et arrêter les sympathisants des frères musulmans.

Gymnastique et juges

Un document assez éloquent demande à classer les juges selon leur degré de souplesse au travail: « A », »B » ou « C ». Bien sûr, la sécurité d’état  ne s’intéresse pas aux prouesses gymnastiques des juges. La notion de souplesse ici, revient à discuter leur degré d’allégeance au régime ainsi que leur aptitude à suivre les ordres en provenance de l’appareil de la sécurité d’état.

 

Episode 2 (la suite…) :

Comment créer un parti politique sous Mubarak ?

Comme le montrent les deux pages suivantes, les officiers d’Amn el Dawla préconisent, face à la montée en puissance des frères musulmans, de créer un nouveau parti politique avec une liste potentielle de ses cadres : officiers à la retraite, professeurs des universités, personnalités coptes (il est de bon ton de monter des chrétiens contre des musulmans),  etc. Comme le note si bien le rapport, certains hommes d’affaires devront y aller de leur poche afin de financer le nouveau parti et son nouveau journal. Le rapport note que l’appareil de sécurité d’état devra faciliter la création du parti et donc, ne pas être trop regardant sur les papiers à fournir. Bien sûr, comme nous ne somme pas à une contradiction près aux pays des pyramides, le chef du parti est un journaliste…

 

Tu soutiens El Baradei ? Prépare toi à payer des taxes…

Le document suivant évoque avec une précision scientifique les avoirs et les biens d’une personne X, qui, selon une référence vers un autre dossier, s’apprête à soutenir (ou soutient déjà) le Dr. Baradei et le mouvement contestataire « 6 avril ». Le rapport précise que Mr X possède une plantation. Notons le laconique « Mr X possède des arbres fruitiers qui contiennent tous des fruits. » et bien sûr l’estocade finale : « L’appareil se coordonne avec les officiers du bureau des taxes afin de prendre les mesures fiscales nécessaires ».

 

 

Dans les jours qui viennent, Reflets.info continuera de vous proposer des documents et la traduction de leur contenus. Stay tuned…

Twitter Facebook Google Plus email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *