Do you comment me ? Ooooh yeaaah !

Salut lecteur : ça va ? Bon, tu n’es pas obligatoirement concerné par ce billet, et tu peux refermer cette page si cette première phrase te gonfle. Ouais, c’est un billet. Parce qu’il faut savoir qu’il y a des « billets » et des « articles ». Le truc est super important : d’un côté c’est considéré comme un truc fait sur un coin de table à la va vite, par des gens pas très compétents (le billet), et de l’autre, c’est du lourd, coco (l’article, un truc de journaliste). Donc là, tu lis un truc pas super sérieux, pas fabriqué par un mec très compétent, ni très bien construit.

Donc, ça c’est un billet, disais-je (remarque le « je », ça change tout). Un truc où tu te mets plus où moins en scène, et interpelles le lecteur, appelé « internaute ». L’internaute, ce mystère quantique : il est là sans y être, il est partout, mais il est…un internaute. Une sorte d’entité mal définie : c’est censé être un être humain, mais il ne se comporte pas toujours comme un être humain. Il a même des relents de « bot » parfois. Ouais, le bot. Une créature artificielle, un algorithme qui s’autonomise pour aller faire des trucs sur la toile. Parfois il tente d’être « intelligent ». C’est-à-dire de rivaliser avec les humains en termes d’échanges écrits. Ca donne des trucs bizarre. Mais de la même manière que l’internaute qui a oublié qu’il était humain peut aussi écrire des trucs bizarre. Comme des commentaires.

Qu’est-ce que fait un bot qui veut commenter un article ou un billet, via twitter par exemple ? Heu…il essaye, il récupère des mots, les fait correspondre avec des dictionnaires pour sortir des phrases types. Ca peut donner : « C’est vachement chouette ! mais on ne pourrait pas parler de Trucmuche.com ? lol ». Bon, c’est certain, ça calme. Pour l’internaute-bot, c’est plus complexe.

Première phase : il ouvre un papier, lit le titre et commence à lire très rapidement le texte, en diagonale. Il repère quelques passages clés et arrive à la fin du truc en 25 secondes iphone en main. Là il écrit son premier commentaire en tentant de prendre le contre-pied de ce qu’il croit avoir compris du billet (ou de l’article, nuance), par l’ambiance qu’il a senti qui s’en dégageait et les quelques passages clés. Les intertitres l’aident à se faire une idée. Il peut même parfois être honnête (ce que ne sait pas faire un bot) en disant : »je n’ai lu que le début, mais… ».

Donc, un commentaire par un internaute-bot, ça donne des trucs comme ça : « Tu oses prétendre que…alors que l’on voit bien que tu tentes de…et dans le même temps je te fais savoir qu’en allant sur http://gros-relou-quilit-rien.net, là je pense que tu vas commencer à avoir le début d’une idée de ce que tu prétends dire dans ce papier tellement merdique que même mon chien n’en voudrait pas dans sa gamelle après 3 jours de diette « .

Chouette. Un commentaire. Se dit l’auteur.

Enfin, ça dépend quand même. Parfois ça l’énerve. Pas qu’on attaque son papier. Non, ce qui l’énerve c’est qu’on fasse dire à son papier ce qui n’y est pas dit. Voire, que le bot-naute colle des bouts du texte en s’abstenant de mettre l’intégralité de la phrase, pour bien assoir sa pseudo-démonstration. Un montage par commentaire. Ce que le même bot-internaute ne supporte pas que des médias effectuent dans des reportages où des interlocuteurs sont coupés pour leur faire dire ce qu’ils n’ont pas dit. « Je suis convaincu qu’il n’y a pas de place pour un débat… » qui est en réalité : « Je suis convaincu qu’il n’y a pas de place pour un débat si les attaques à mon encontre persistent, et que mes détracteurs continuent à détourner mes propos ».

Tu vois la nuance, lecteur ?

Alors, ce billet est-il une plainte d’un pauvre contributeur de Reflets qui ne supporte plus de voir une partie des commentaires de bot-nautes fainénants qui ne lisent que ce qu’ils veulent et détournent l’essence des contenus écrits pour mieux asseoir leur botnetitude ?

Mais non, lecteur, c’est prétexte ! :-)

Celui de te vendre mon dernier bouquin, écrit avec une femme, un truc hyper drôle que tu vas adorer, bien noir et bien méchant, chez un éditeur de romans au format numérique only, sans DRM. C’est pas cher du tout (3,99 euros) et tu vas beaucoup rire, tout en étant captivé par un suspens haletant…

Pour t’inciter à aller voir plus loin, même si tu es un botnaute qui déteste Yovan Menkevick (ce qu’on peut comprendre, hein…), à essayer de lire un texte plus longtemps que 25 secondes (c’est vrai qu’au delà c’est fatiguant et ça peut être considéré comme une perte de temps), voici une critique effectuée sur un blog à propos « Du dernier juge de ma vie », le dit bouquin. Et en prime, des liens…(aaaaaah les liens !)

Il est pas content le botnaute ?

Critique sur le site de Jean-Basile Boutak, écriture & lecture numérique :

« Le Dernier juge de ma vie est un texte plein de curiosité. Tout d’abord, il s’agit d’un texte écrit à quatre mains, et en tant qu’auteur, je me suis toujours demandé comment on parvenait à obtenir un roman cohérent et homogène à partir de deux cerveaux bien distincts. Ensuite, c’est une histoire qui aurait pu – le temps est important – avoir sa place dans la collection SeXtasy. Enfin, c’est une fiction qui traite d’un sujet difficile à aborder : la dépendance au sexe.

Il y a quelques semaines, j’ai vu Shame de Steve McQueen, avec Michaël Fassbender. Le film traite du même sujet, mais il est d’un ennui mortel – ceux et celles qui fantasment sur Fassbender y auront peut-être trouvé un certain réconfort. Il est centré sur son sujet, et ne va finalement chercher bien loin. Ce que j’aime avec le roman noir et le polar, c’est qu’il permet d’aborder des sujets délicats en les attaquants de biais, en y venant et en s’en éloignant, en s’en rapprochant et en repartant. Il y a ça, mais il n’y a pas que ça. Un peu comme les coups de reins du personnage principal du Dernier juge de ma vie, finalement. Sensualité ignorée du polar…

Voilà pourquoi ce texte a bien sa place dans la collection « noir c’est noir ».

Et pour vous prouver qu’il est aussi bien écrit, j’aimerais partager avec vous ces quelques lignes, avant de vous inviter à en télécharger un extrait sur la plateforme de votre choix. Et plus si affinités. »

« Je n’ai donné aucune raison valable sur ma présence dans ce restaurant grec hier soir. De toute façon, j’y étais seul et personne ne pourra dire le contraire. J’avais envie de manger grec, voilà tout. Il y en a qui se ruent dans les sex-shop quand ils vont mal, moi c’est les restaurants grecs. Quelqu’un a quelque chose à redire ? Un chirurgien surmené a bien le droit de décompresser en mangeant de la moussaka et quelques feuilles de vigne de temps en temps, non ? Quant à la crise, j’ai répété dix fois que je ne savais pas ce qui m’avait pris. Se rouler par terre en chialant comme une madeleine n’est pas un crime et ne rentre pas non plus dans les psychopathologies lourdes. Qui plus est dans un restaurant grec. »

Un extrait un peu plus long : https://incipit.jux.com/520212

La librairie en ligne de l’éditeur (québécois): http://librairie.immateriel.fr/fr/ebook/9782897173296/le-dernier-juge-de-ma-vie

L’éditeur (toujours québécois) : http://comprendrelelivrenumerique.com/

Ecrire des romans, des articles, c’est un peu plus long que des commentaires. Encore plus difficile de se les faire publier. Mais comme quasiment plus personne ne lit de romans, on s’en fout, puisqu’à termes c’est le commentaire qui tiendra lieu de bibliothèque universelle des créations littéraires humaines.

En super bonus, je tiens à t’offrir, cher lecteur, ce clip musical qui résume avec un brio sans pareil tout ce qui vient d’être énoncé dans ce billet :-). Attention, il y a du second degré…mais pas que…si ? Non ? On s’en fout…

Twitter Facebook Google Plus email


42 thoughts on “Do you comment me ? Ooooh yeaaah !”

  1. Je n’ai lu que le début … mais dans ce que tu dis, j’ai l’impression qu’il y a comme un début d’article. Et puis après pouf, j’ai l’impression que c’est un billet et après … et après … après je ne sais plus, je n’ai lu que le début.

    Pfiou ! Ah ouais, c’est cool d’être un bot-naute !!!

  2. Comme je lis en entier et avec grande attention les contenus du passionnant contenant Reflets,
    il y a un truc que je n’ai pas saisi.

    Ton billet, qui n’est pas un article, il est en papier ?
    (« ce qui l’énerve c’est qu’on fasse dire à son papier ce qui n’y est pas dit ») ;)

    Pffff, fatigue, me pousser à acheter un livre, moi qui croule sous les livres et billets et articles et machins en retard ; bon, c’est tentant cela dit.

  3. Afin de me donner bonne conscience, je commente pas tout à fait en désaccord, pas tout à fait d’accord non plus (oui sans quoi mon commentaire ne sert à rien, je ne suis pas caution de quoique ce soit en ce qui me concerne), et puis lorsque j’ai l’impression que j’ai monopolisé plus de 3 neurones pour cela, je Flattr.

    Dingue non autant de paradoxe ? Surtout que je suis le seul à le faire on dirait (en tous cas récemment).

    Je remercie tous les jours le Seigneur pour ces leçons d’humilité. Et miracle, j’ai appris à lire très tôt. Pas grâce à Reflet du reste. Non, internet n’existait pas, mais les valeurs davantage. Mince, encore un paradoxe. Je ne sais pas si on va s’en sortir vivant de cette aventure. (il semblerait que non, au cas où vous auriez un doute).

  4. Ça devient lourdingue ces articles sur Reflets.

    Yovan, tu veux pas aller faire quelque chose de concret ? Aller planter des radis ? Vérifier si tes abeilles vont bien ?
    Mais bordel, où sont les articles de qualité et intéressant ?

    Vraiment dommage, Reflets commençaient à avoir une certaine qualité de réflexion _sur le fond_, là on tombe dans la psycho-philo à 2 balles. Au final, prendre tes lecteurs pour des idiots, ça risque de pas faire avancer grand chose.

    1. Ecoute l’ami, pas de bol, ça tombe sur toi.

      A part brailler, tu sais faire quoi sur Reflets ???!

      Bon, je te pointe les 4 articles en haut de Reflets, et si tu as quelques neurones préfrontaux qui fonctionnent, tu pourrais aller les lire, et les commenter, et pas que brailler donc.

      Et accroche toi à leur lecture-la-vraie, tu m’as pas l’air d’être taillé pour l’aventure à vue de nez !!!

      Merci pour l’écologie numérique
      ET
      l’écosystème « Commentaires » !

      —-

      Tiens, c’est çà, au cas où tu trouves pas de toi même :

      #Leak : Revolutionner la quête de la transparence
      Chercher la vérité, ça craint : s’auto-convaincre, c’est mieux #ReOpen911 #ClimateGate Chercher la vérité, ça craint : s’auto-convaincre, c’est mieux…
      Quand le voile traverse la Méditerranée Quand le voile traverse la Méditerranée
      Fusion CSA-ARCEP-HADOPI : réponse à la tribune de Nathalie Sonnac et Pascal Wilhelm Fusion CSA-ARCEP-HADOPI : réponse à la tribune de Nathalie…

      1. Faut-il donc que tout le monde sombre dans la condescendance, reflet d’un vide égotique surdimensionné (tiens, je m’y mets aussi).

        Un débat, c’est d’abord un échange d’idées. Or j’ai l’impression avec ce billet, cette vidéo et certains commentaires que l’on préfère poser des étiquettes sur les autres plutôt que d’écouter ce qu’ils ont à dire.

        Et cette psychologie française du « je vous emmerde » est à la fois lourde et contre-productive.

        Vous n’êtes pas tous seuls, OK ?

        1. C’est clair, il en est largement capable !

          N’empêche que je, entre autres, donne un avis qu’il est à moi l’avis.

          Et encore, « ils » ont du bol les quelques uns, on est sur Reflets, je suis en mode « urbain » tout comme il faut, full respect et political tips obligent :)

    2. Petite précision même pas trollesque : les radis ça ne se plante pas, ça se sème. Par contre les billets de Yovan, ça ne se commente pas. Enfin si, mais seulement quand y a du contenu.

      Bisou Yovan ! :-p

  5. Aors, soit je n’ai pas saisi le second degrès, soit tu appliques toi-même la tactique du bot (prétexter un contenu « intéressant », un billet, pour vendre quelque chose, ton bouquin).
    Bon, ça fait tout de même une moitié « utile » (j’entend par là, en relation avec le titre), mais la sensation de s’être fait manipuler pour se voir vendre quelque chose laisse un arrière-goût amer, démonstration parfaite de la première partie.

  6. Ah merde, là je l’ai carrément mal jouée, j’ai lu le billet en entier alors qu’il ne s’agissait précisément que d’une m**** de pub. Font chier ces générateurs automatiques de contenu…

  7. Salut Yovan,

    Je me suis farci ton « billet » en entier, et je le trouve comme souvent d’une nullité affligeante. Juste quelques points avant de te laisser retourner à tes pleurnicheries sur les lecteurs qui ne seraient pas au niveau :
    1) Shame est un excellent film, et ta critique est nulle. Un film « centré sur son sujet », ça ne veut rien dire. Développe, ou abandonne la critique cinéma.
    2) Tu nous prends pour des cons en faisant ta pub pour ton livre (dont j’ai aussi lu l’extrait), qui a l’air d’être une belle merde.
    3) Tu es d’une prétention sans borne, et passes ton temps à pondre des textes d’une qualité relative, mais noyés dans un blougi-boulga idéologique sur le complot mondialiste et Bilderberg. Tu nous emmerdes. C’est nul.

    Voilà, c’était la petite couche de haine supplémentaire, pour le plaisir de savoir que tu t’enthousiasmeras sur l’arrivée d’un nouveau commentaire – puis désespéreras comme toujours sur son niveau, sans te remettre en cause.

    1. Houla! Le coup de fouet!.
      Il est pas si mauvais que tu dis, ce Menkevik. Il a peut-etre le droit à un coup de mou de temps en temps.
      Tu devrais te soummettre aux commentaires.
      Juste pour tester ta solidité.
      des fois on a des surprises…

  8. Et beh ça vole bas quand même… Le LOL sur le nom du co auteur m’a fait quand même rire, jaune… on en est à attaquer les noms des gens maintenant? vous avez rien d’autre à faire?
    Au fait, si j’ai bien compris yovan ne faisait pas la critique de Shame mais simplement il redonnait la critique du mec qui a critiqué le bouquin. Mais je dois pas savoir lire moi non plus sûrement.

    Quand je vois la méchanceté voire la haine qui se sont déversées sur ce billet d’humeur de Yovan, je me dis que c’est quand même pas gagné la solidarité, le respect, l’échange, toussa toussa, mais alors vraiment pas… et pas la peine de me sauter dessus par commentaires interposés je ne suis pas là pour engager un débat, je suis juste affligée, mais vraiment affligée, mais vraiment vraiment vraiment…

    1. Salut epimae.
      Oui, l’utilisation du nom de la co-auteur m’a aussi fait bondir, mais je suis resté muet.
      Mais comme tu as réagi, je rebondis : on est je crois tombé là au niveau des égouts, avec les rats.

      Moi, je ne suis même pas affligé, car « ils » sont calculés.
      Et puis j’en mets ma main au feu minoritaires parmi les lecteurs de Reflets, même si leur bile et leur rage et leurs multiposts font qu’ils peuvent paraitre nombreux.

      Il faut juste les « repérer », au cas où… :)

      Bon, passage éclair, j’ai un trou à creuser pour poser une dalle (sur mon balcon / lol)

      C i a o

  9. Je ne sais pas pourquoi mais quand j’ai lu l’article je me suis imaginé Deep Blue contre Kasparov. Ou le bot sort en début de partie un mouvement de l’espace « très raffiné » selon les pros mais qui au final n’était qu’un bug.

  10. J’ai lu le billet en entier (si tant est qu’il mérite ce nom): autant le début est sympa, autant la suite mériterait qu’on fasse demander confirmation au lecteur s’il veut bien subir une pub pour un livre (que je n’ai pas lu, je m’abstiendrais donc de tout jugement, même si je pars avec un préjugé négatif sur l’auteur du fait de ce « billet »).

    N’ayant pas l’habitude de réagir aux billets & articles (je ne vais pas argumenter sur un sujet que je maitrise peu et/ou mal), je tenais juste à dire : c’est pas bien de pomper chez Skoda :) (Simply Clever… J’ai vu assez de pubs pour les reconnaitre, client fidèle inside)

  11. Le livre semble sympa, j’ai apprécié les extraits. Merci pour le partage.

    Quant à la première partie du billet, ne serait-on pas dans le cas du « Fais se que je dis et pas se que je fais » ? J’ai souvenir d’un échange de commentaire avec toi (Yovan) où tu a répondu hors sujet à plusieurs reprises parce que tu n’avais lu mes commentaires qu’en diagonale.

  12. Enfin on a le droit d’avoir un égo démesuré n’est-ce pas. Et de le défendre en plus ! :)

    Cela dit je me souviens des paroles d’un sage qui m’avait dit un jour, tu sais, si tu veux défendre tes idées – noble et grande cause, tu n’y arrivera jamais si tu considères les autres comme étant des crétins. C’est une politique vouée à l’échec.

    La preuve.

  13. J’ai bien apprécié l’ironie de cet article. Surtout que certains auteurs des commentaires un peu plus haut n’ont pas l’air d’avoir conscience qu’ils correspondent au public visé par l’article. :-)

    Si certains commentaires posent problème à Reflets, pourquoi ne pas réduire/augmenter la visibilité des commentaires par un système de votes effectués par la communauté ?

    1. Ouais chouette, à coups de tracto-pelle on finira bien par dominer cette bande de bouseux, bondoui !
      Rhaaa le libre arbitre c’est d’un pénible, on ne peut même pas imposer ses idées !
      (Que d’autres ont déjà depuis longtemps démontré l’absolue inutilité).

  14. Well well well…

    Bon je commence par la fin de l’article, désolé oyvan, sur ma todo liste de truc à lire j’ai ,

    Web application hacker handbook 2 a finir
    puis Entangled Web
    puis Merveille (dernier tome d l’excellente série veille/eveille/merveille qui nous parle à nous les geeks)
    puis le tome 11 de l’épée de vérité
    et aussi les numéros de MISC en suspens et les sciences et vie de toutes sortes,
    MAIS il y a aussi sur cette liste le 1er bouquin que t’as écrit.
    bon je finis de raconter ma vie (vu qu’il y a au moins une personne qui a lu ca ca coute moins cher qu’un psy).

    Sinon vite fait des trucs que j’éspère constructifs :

    – tu ne peux pas trasher et en même temps faire de la pub, c’est soit tendre le baton pour se faire battre, soit chercher un public qui aime le 3eme degré mais dans ce cas il sera un peu limité.

    Si vous ne chercher que la substantifique moelle de mon commentaire commencez ICI:

    – 2ème point (le plus important), serieux c’est quoi cette propension à te justifier? SI je veux voir des trucs consensuels je vais m’inscrire au PS ou lire un media mainstream. Desfois je suis d’accord, desfois non, So what? j’ai pas envie de lire une lopette qui cherche le consensus! je cherche un avis, argumenté quand même, qui put m’apporter un approche nouvelle/différente.
    Normalement c’est le cas, mais là ca fait moults articles ou tu cherches à te justifier. Mais fuck! Dis TA vérité (nuance de gris) et laisse au lecteur le soin d’en retirer quelque chose ou pas. et c’est tout.

    Fin du « mais WTF? »

  15. Bah moi j.aime bien lire Reflets. Mais j’aime bien également vous faire chier avec des commentaires moisis. Finalement c’est bien comme ça. Yovan, tu écris bien, t’es pas con (un peu plus que moi) et tes articles sont bien pensés. A la prochaine en RSS

    1. Moi, j’ai une idée, pour toi :)

      Comme tu n’as visiblement rien compris à Reflets, désabonne toi du flux, retourne devant ton miroir, et regarde toi attentivement ;)

      Dis en toute amitié et charité « chrétienne lol », ça va de soi…

  16. Ah la la Yovan, je sens que tu as été vexé par l’amateurisme primaire de certains commentateurs

    Rassure toi ! Enfin en ce qui me concerne, je SAIS, que tu connais parfaitement l’écriture, cela se « sent » dans chacune de tes phrases et surtout, par ta manière de les agencer (j’aime bien ton introduction, du rien, du rien et hop je te fais la transition)

    Par contre tu abuses de préciser iPhone (encore que je vois ce que tu veux signifier par la ;))

    Continue !

  17.  » une femme, un truc hyper drôle que tu vas adorer  »

    Monsieur Menkevic,

    C’est tout à votre honneur que de participer à l’éveil des consciences en employant votre énergie à faire de la vulgarisation, mais il n’était pas utile ici de rappeler ce qu’est une femme, surtout en ces termes si peu élogieux.
    Si les femmes étaient drôles, cela se saurait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *