Distortion de réalité en cours : au secours !

Attention, vous entrez dans une zone de distorsion spatiotemporelle de la réalité.

Ca se passe ici et maintenant, jour après jour.

  • MAM propose d’envoyer les forces anti-émeutes dont le « savoir faire » est « reconnu internationalement » au président Ben Ali, alors même que le nombre de morts augmente en Tunisie. Vous pouvez consulter une retranscription modérément fidèle de ses propos sur le site de l’assemblée nationale. On le lui reproche quelques jours après ? Voici une première distorsion de la réalité : MAM explique qu’elle voulait dire le contraire de ce qu’elle a dit. Ce sont tous ces gens, la grande majorité, c’est à dire tous les Français qui ne sont pas au gouvernement et le reste de la planète, qui ont tout compris de travers.
  • Brice Hortefeux, multicondamné gouvernemental, recordman de l’équipe en place sur ce plan, est à nouveau trainé devant les tribunaux. Il est assigné en référé par Ryad Hennouni. Soupçonné par les polices italienne et française d’appartenir  une mouvance islamiste radicale, ce Français de 28 ans, originaire d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), a peu goûté que Brice Hortefeux le qualifie sur France Inter de « jihadiste français ». Attention, deuxième distorsion de la réalité : Brice explique –via son avocat- que non, il n’y a pas là atteinte à la présomption d’innocence, non, non du tout. Pourquoi ? Parce que le jihad, correspond à « une action spirituelle sur soi-même », « une simple lutte pour le développement et la justice sociale ». Rien de condamnable donc. Je sais, vous vous demandez peut être ce que voulait dire Brice Hortefeux lorsqu’il confiait à France Inter : « Il s’agit d’étrangers qui étaient en situation irrégulière sur le territoire français et qui étaient clairement en relation avec le jihadiste français de retour d’Afghanistan Ryad Hennouni, qui avait quitté la France en 2009 et qui a été interpellé à Naples (…) le 3 septembre ». C’est simple. Que « des gens en voyage  étaient copains -peut-être sur Facebook- avec Ryad Hennouni, un Français connu pour sa profonde action spirituelle sur lui-même et son engagement pour le développement et la justice sociale ».

  • Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy part en croisade (mandaté par l’Elysée sans doute) sur les plateaux TV et radio afin de déminer le bordel consécutif à la façon dont la France a géré la crise Tunisienne. Il se fait proprement démonter sur France Inter par Patrick Cohen. Très mal dans ses baskets (mais attention, hein, c’est pas parce qu’on est mal dedans qu’on peut pas dire qu’on est droit dans ses baskets), le conseiller spécial, auteur du fameux fumeux discours honteux de Dakar, nous explique doctement que bon – et vous entrez dans une troisième zone de distorsion de la réalité-, faut pas pousser non plus avec cette histoire tunisienne. La preuve ? C’est que ce n’est pas la première fois que dans un pays, même démocratique, on tire à balles réelles sur leurs populations… Sous-entendu, ce n’est pas si grave ? M. Guaino, réécoutez lentement vos propos. Trois ou quatre fois. Au moins.

    Henri Guaino
    envoyé par franceinter. – L’info video en direct.

  • Next ? Ca ne vas pas tarder, ne soyez pas inquiets.
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

2 thoughts on “Distortion de réalité en cours : au secours !”

  1. Ce mec explique que c’est pas exceptionnel et que le gouvernement sait pas comment réagir (« qui a la réponse ? ») … c’est ça, non ? Donc que le gouvernement actuel est irresponsable… bon, rien de neuf en définitive, on peut se recoucher tranquille.

    Et dire que le français était la « langue diplomatique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *