Démocratie de consensus : le despotisme doux de Macron

Le concept de « despotisme doux » inventé par Tocqueville, refait parler de lui depuis qu’Emmanuel Macron a décidé d’instaurer les dispositions de l’état d’urgence dans le droit commun. Rappelons qu’Alexis de Tocqueville, penseur et écrivain français
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: drapher

Journaliste (atypique mais encarté) web et radio — @_Reflets_ et d’autres médias. Ni « désengagé » ni objectif ou neutre, mais attaché à décrire et analyser la réalité, même la plus déplaisante. On the net since 1994. Gopher is power ;-)

3 thoughts on “Démocratie de consensus : le despotisme doux de Macron”

  1. Ni connecté ni abonné mais le peu que je lis m’interroge. Tocqueville parle carrément de despotisme sournois, non ? Voire de despotisme démocratique. Des tyrannies bien faisandées, perfides mais que chacun finit par accepter. En réalité, c’est tout un ensemble de choses qui a mis des siècles à parvenir jusqu’à nous. Car nous y sommes. Et notre macaron de Carnaval n’est pas le premier à en apprécier les faveurs. Peut-être un des derniers…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *