Dé-civilisons les Internets

obeyVous n’aurez pas  manqué de remarquer qu’Internet est un Far-West numérique, une zone de non droit dans laquelle fleurissent tous les trafics. Nos sociétés numériques, en ce point ressemblent à s’y méprendre à notre société tout court… mais en moins civilisé à en croire certains. Pourquoi en moins civilisé ? Tout d’abord parce que l’internaute est très mal poli. Quand il visite un site, il ne laisse généralement pas sa carte de visite au serveur web. Ceci est d’une incorrection manifeste, vous en conviendrez. Pour palier le manque d’éducation des internautes, notre cher gouvernement, ainsi que des sociétés privées prévoient de nous offrir une identité numérique. Une identité numérique, nous permettant d’accéder de manière authentifiée et sécurisée à certains services, c’est un fantasme presque aussi vieux que le protocole HTTP, c’est surtout le fantasme des marchands en fait. Une identité que l’on voudrait infalsifiable (sinon LOPPSI se fâche tout rouge) et surtout simple à utiliser. Les briques techniques ne manquent pas, ce qui manque, c’est juste, excusez du peu, des fondations sérieuses.

Repenser le réseau pour permettre à une forme de services de se développer, pourquoi pas. Mais ceci ne se fera exclusivement que dans l’optique ou les modifications respectent l’essence même du Net. C’est à dire, pour ceux qui auraient loupé un épisode : permettre à n’importe qui de communiquer n’importe quoi à n’importe qui. Seule quelques modalités qui sont de l’ordre de la forme pourront alors être modifiées. Techniquement on appelle ça des protocoles. On pourra donc « tordre » Internet de manière à, quand on en a besoin, être en mesure de communiquer de manière sécurisée et authentifiée… ou pas.

Sur Internet, ce sont les draft IETF et leurs appels au troll commentaires qui permettent à l’ensemble des opérateurs de s’accorder sur la manière dont leurs AS (Systèmes autonomes) vont communiquer. La pratique est elle pour le coup très civilisée puisqu’on trolle avant et on accepte ensuite par consensus l’entérinement d’un protocole… ou pas.

  • Mais que ce passe-t-il quand un opérateur décide de ne pas respecter les règles de l’ICANN ? Vous avez un début de réponse très intéressant ici.
  • Et que se passera-t-il quand ce même opérateur, suivi par d’autres, décidera de ne pas respecter les règles de l’IANA ?… genre en encodant des IPV4 sur 64bits…

Lequel de nos Internets sera le plus civilisé ?

Lequel de nos Internets sera le plus libre ?

Internet civilisé contre Internet libre, neutre et ouvert… vous choisissez lequel vous ?

Twitter Facebook Google Plus email


5 thoughts on “Dé-civilisons les Internets”

  1. Intéressant le projet .42. Cependant, le manque de souplesse de la charte et ses conditions rendent improbable le succès de l’initiative. S’il faut passer devant un comité de Salut Public – en anglais -, pour obtenir le nom de domaine, sans aucun autre bénéfice, puisque pas de SEO donc pas d’audience, pas de business… Il y a Freenet ou le web .onion….
    Le bon côté des choses, c’est de dire non à ICANN et de refuser leur mainmise, mais les Michu ou les entreprises n’en sont pas encore à se pposer ce genre de questions.
    http://t37.net/les-noms-de-domaine-en-42-bien-places-pour-gagner-la-palme-de-la-connerie-2010.html

  2. J’avoue que je suis un peu neuneu mais j’ai rien compris à cet histoire d’identité numérique. Parce que des services qui propose de s’identifier une bonne fois y’en a pas mal (les Single Sign-On). Sans parler des Facebook Connect (là pour el coup l’identité numérique c’est réussi les gens y mettent toute leur vie)
    J’ai du mal à comprendre où le gouvernement veut en venir.

    Oh toi grand Bluetouff, pourrais-tu nous expliquer de quoi il s’agit par @Eric_besson ne répond pas à mes twits :(

  3. Winael, je crois que Bluetouff parle d’un truc où tu devrais t’identifier sur un truc mondial rien que pour pouvoir accéder à internet. Donc plus d’anonymat pour exprimer de véritables opinions, et bien sûr un traçage complet.

  4. @Baronsed,

    C’est bien ce que j’avais cru comprendre mais j’ai des doutes. Un SSO centralisé, crée par une société privée à 12€/an et sécurisé à la va comme je te pousse, c’est quoi l’intérêt ? :°

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *