Crise des dettes souveraines : we’re all going to die !

Etape 1 : quelques repères Vous avez aimé la crise des subprime de 2008-2009 ? Vous allez adorer la crise européenne de la dette de 2011-2012. Si, si, vous allez voir, c’est mieux qu’un film
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

24 thoughts on “Crise des dettes souveraines : we’re all going to die !”

  1. Ce fameux trader a été plus tard présenté comme un joyeux luron qui « boursicote » tout seul dans son coin…
    histoire de minimiser ses dires. Quelqu’un a-t-il des infos là-dessus ?

    1. Rien de neuf depuis, sinon qu’il s’est presenté comme un « attention-seeker », et qu’effectivement c’est un petit boursicoteur qui aurait perdu plus d’argent (10048 livres d’après le Daily Telegraph, comment ont-ils eu ces infos ? No sé) qu’il n’en a gagné.
      Pas vraiment un expert-trader en tout cas.

  2. Une correction d’arrêt sur image ici : http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=12138

    Mais le fond n’est pas la crédibilité de Rastani, le fond est tout autre… cette vidéo est un amuse-gueule simplement sympathique parce qu’elle résume quand même très bien les réalités de ce qu’il se passe sur la planète en ce moment…mais point de démonstration avec une vidéo. Je vous réserve d’autre gâteries au sujet de la crise, on a pas fini de s’amuser avec ce crack interplanétaire en cours…

  3. Un point non souligné dans l’article me semblant important mais qui pointe son nez dans la vidéo du trader :
    Tous les autres pays (hors zone euros) ont la possibilité d’émettre de la monnaie, alors que la BCE est privée, donc n’en émet pas au profil des pays membres ! Les bons du trésor américains par exemple sont garantis par la planche à billet (dans une limite qui reste floue), alors que les dettes souveraines des pays de la zone euros sont soumis à spéculation (dépendante de la solvabilité des pays) et ne sont pas garanties.

    N’hésitez pas à me corriger si je me trompe.

    NB sur la BCE : http://filz.fr/2gsv3p

    Bien à vous.

    1. En fait c’est plus compliqué que ça. Seuls les USA peuvent faire tourner la planche à billets pour combler leur dette, mais avec un seuil, un plafond que le congrès doit approuver. Il a été relevé récemment d’ailleurs ce plafond, sinon ils étaient cuits. La BCE, elle n’émet pas du « billet » pour permettre de « combler de la dette », enfin normalement. Parce que depuis 6 mois la BCE rachète des emprunts d’Etat alors que son mandat ne lui permet normalement pas. mais comme je le disais plus haut, je vais continuer de tenter d’expliquer les raisons possibles du grand n’importe quoi dans lequel on est embarqués. entre autres au niveau monétaire…Il faut dire que c’est très très compliqué sur certains plans, isn’t it ?

  4. « Je me dis que ça pourraiT être drôle » et non pas « Je me dis que ça pourrai être drôle »

    « la question à 100 milliardS d’euros » et non pas « la question à 100 milliard d’euros »

    Amicalement :)

  5. yop, donc l’info était relativement fondée… sauf cas de désinformation, toujours possible.
    Effectivement, le fond n’est pas là.
    Pour les infos en réserve, je suis (et sûrement pas le seul) très impatient.

  6. « Parce que la volonté des dirigeants politiques n’est pas de permettre une meilleure gestion de l’économie qui permettrait aux populations de mieux vivre, mais de vendre au « marché » le maximum de pans de la société »
    Je n’arrive pas à remettre la main dessus, mais ce n’est pas ça la substance des textes fondateurs de l’OMC? ;)

  7. C’est même le fondement du libéralisme, historiquement…

    On a face à nous ges gens qui sont totalement endoctrinés, les soldats du « there is no alternative » de Thatcher, des winners et des capitaines qui sont persuadés que le marché régule pour le mieux alors que tout montre que c’est une calamité.

  8. Perso, je trouve que ça fait plus penser à une prophétie autoréalisatrice.
    L’économie moderne est un vaste mirage qui n’a que la consistance que son clergé ultra-libéral veut bien lui donner.
    Le prix des choses ne fluctue plus avec leur disponibilité mais avec la croyance en leur rentabilité (croyance qui détermine bien plus la rentabilité effective que ne le font les conditions micro-économiques liées aux actes d’achats discrets)
    Et oui, l’OMC a bien pour but de « protéger » la concurrence « libre et non faussée » de toute activité économique, ce qui ici revient à dire, à peu près tout. J’admire le grand écart et le détachement dont sont capables ces personnes

  9. C’est incroyable de constater que depuis que les agences de notations ont descendus les etats-unis de leur piedestal, les gouvernements ne s’adressent plus au peuple, n’agissent plus en son nom, mais en celui de ces foutues agences.

    Il suffit de voir la façon dont la rigueur economique est soudain présentée. On nous annonce que c’est la solution miracle et qu’il faudrait être dangereusement irréaliste pour la refuser. En réalité, cette solution ultra-libérale n’a jamais été appliquée à une telle échelle, et peut faire peser de sérieux risques sur l’économie (mettre en cure d’austérité les USA et toute l’europe c’est un pari pour le moins risqué)

    La démocratie se dissout dans l’économie…

    1. Oh oui, tout pour satisfaire le Marché. C’est la panique à bord…

      Il suffit de voir les réactions face au referendum grec:

      « Quoi!? Demander son avis au peuple!? Mais vous êtes fou! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *