Crise de la dette souveraine : les soucis à venir…

Image http://williambanzai7.blogspot.com/

Mi janvier, la Chine et le Japon annonçaient leur intention de racheter massivement de la dette (pourrie) des pays périphériques de la zone euro. La catastrophe de ce week-end au Japon risque bien de changer la donne. Déjà très endetté, le Japon va devoir se concentrer sur ses propres soucis. Les marchés financiers de la planète entière s’effondrent à la suite du Nikkei. La Bank of Japan (BoJ) a annoncé qu’elle injectait des sommes faramineuses dans l’économie du pays pour éviter un effondrement.

Les marchés étaient déjà tendus a la veille de la catastrophe nippone. Les taux d’intérêts à 10 ans des pays comme la grèce, le Portugal, l’Irlande et l’Espagne atteignaient des niveaux impressionnants. L’Europe reparlait de tests de résistance pour ses banques. Les précédents avaient été une véritable farce. Les banques irlandaise en faillite quelques mois plus tard avaient passé haut la main ces tests.

Les prochains sont déjà l’objet de commentaires acerbes de certains analystes qui doutent encore une fois du sérieux de l’opération. Les décideurs n’apprennent décidément jamais des erreurs passées.

Si les mouvements en Tunisie, en Egypte, en Libye principalement, mais aussi en Arabie Saoudite, Bareihn, Iran, ont quelque peu détourné l’attention, les fondamentaux restent les mêmes et le réveil sera brutal. Les Etats-Unis sont dans une situation financière qui n’a pas grand chose à envier à celle de l’Europe. La reprise annoncée est déjà à ranger au catalogue des fausses bonnes nouvelles.

L’inflation est là et les taux vont remonter dans les mois à venir. La chaîne de Ponzi montée par les politiques au lendemain de la crise des subprime et de la dette, menace de s’effondrer. La crise économique majeure s’annonce comme un nuage de Techernobyl. Elle ne s’arrêtera pas à la frontière.

L’armée américaine planche déjà depuis longtemps sur les risques de troubles sérieux dans le pays en raison du mécontentement de la population. Probablement pas pour rien…

Vous trouverez page 31 de ce rapport un scenario de ce genre.

Les marchés carburent au risque. Sans aléas, pas de jeu. Pour le coup, ils sont servis.

L’annonce d’un nouveau plan de soutien à l’euro semble tomber dans le vide, effacé par les événements en cours à l’autre bout de la planète. Les agences de notation ont quoi qu’il en soit douché les espoirs avec leurs avis sur la Grèce… Il ne suffit pas de grands coups de mentons et de méthode Coué, la dette des pays périphérique sera restructurée. Le mur de la réalité s’impose un jour ou l’autre, même aux présidents qui vivent dans le déni et à contretemps de l’Histoire.

Voici l’évolution des CDS aujourd’hui :

Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

1 thought on “Crise de la dette souveraine : les soucis à venir…”

  1. Le problème n’est pas de savoir quand le TGV France va percuter le mur, mais de savoir, si nos « Hommes » politiques seront d’une quelconques utilité? Car pour le moment la médiocrité se bat avec la stupidité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *