#Copwatch : mais c’est qu’il y croit le bougre !

Claude Guéant est un homme de conviction. Enfin c’est surtout un homme qui arrive à se convaincre tout seul que la décision du tribunal des référés de Paris va pouvoir être appliquée et que tout le foin fait autour de ce site sera sans conséquence pour les fonctionnaires qu’il prétend défendre. On pourrait presque trouver ça comique de la part du ministre si son tintamarre médiatique n’était pas devenue la première source de préjudice dans cette affaire. En offrant une telle visibilité médiatique à Copwatch, Claude Guéant a provoqué un « effet Streisand » dont les premières victimes sont les fonctionnaires de police dont l’identité est révélée sur ce site… en bref, tout le contraire de ce qu’il claironne dans la presse… étrange… pourtant Claude Guéant n’a pas pour réputation d’être la moitié d’un con.

La demande initiale ne portait que sur certaines pages, seul hic, le site est accessible en HTTPS, ce qui implique qu’un filtrage ciblé des pages n’est techniquement pas faisable. Le tribunal des référés de Paris a donc ordonné le blocage complet du site… c’est là qu’on va commencer à rigoler.

Soyons clairs sur un point : Reflets ne cautionne pas les méthodes utilisées par Copwatch et pointe du doigt le décalage entre l’initiative américaine visant à prévenir les abus des forces de l’ordre, et l’initiative française qui donne dans la délation haineuse, mettant en péril les familles des fonctionnaires de police, ce qui est inacceptable d’un point de vue protection de la vie privée.

Cependant, la méthode qui vise à assigner en référé les fournisseurs d’accès à grand renfort de presse pour les contraindre à bloquer un site est ridicule. Et elle est d’autant plus ridicule, qu’une heure à peine après l’annonce du désir de Claude Guéant de censurer ce site, les miroirs poussaient un peu partout sur le web. Et là, le résultat va être à la hauteur de la boulette du ministre, de 4 ou 5 pages litigieuses, Google se verra peuplé de centaines de ces mêmes pages… bref on attend le référé de blocage pour les sites miroirs, qui se feront eux mêmes mirrorer une fois bloqués… et ainsi de suite… Bienvenue sur Internet Claude !

Si claude Guéant est fier de sa méthode, pourquoi ne l’applique t-il pas à des sites pédophiles, en les désignant à la presse, url et screenshots à l’appui !

À moins que…

À moins que Claude Guéant ne se soit dans cette affaire plus intéressé à sa propre communication qu’aux fonctionnaires de police qu’il dit défendre. D’ailleurs, on a beau lui dire que c’est mal de faire de la pub pour ce site, le ministre trouve encore le moyen de commenter la décision et d’offrir au site une visibilité supplémentaire. On est tout à fait en droit de se poser la question : Claude Guéant a t-il sacrifié la relative confidentialité des informations publiées par Copwatch sur les quelques fonctionnaires de police pour son plan de com’ personnel ?

 

Twitter Facebook Google Plus email


58 thoughts on “#Copwatch : mais c’est qu’il y croit le bougre !”

  1. La seule question que je me pose, actuellement, c’est « comment filtrer le site ? »

    Les seuls moyens que je connais sont soit facilement contournables, soit du niveau de la lybie.

    Du coup, je ne vois pas bien l’intérêt de faire une com’ monstrueuse à ce niveau quand ce sera suivi de … rien. Mais ça doit probablement être une logique qui m’échappe …

  2. Si pour tout lecteur de Reflet moyen, la manière d’agir de Mr Guéant apparait aberrante, elle l’est sans doute moins si l’on se place au niveau de l’internaute lambda (celui qui gobe les message d’Hadopi, et pour qui Internet, Internet Explorer et Google sont trois synonymes). En effet, pour ce genre de public, le simple fait de ne pouvoir accéder au site en tapant l’adresse dans le navigateur signifie effectivement qu’il n’existe plus (surtout si Google fait le ménage dans son moteur et filtre « Copwatch »). N’oublions pas que pour beaucoup, VPN, DPI, DNS ne sont que des acronymes barbares.

    Quand Mr Guéant annonce qu’il a fait bloqué Copwatch, il ne fait que rassurer son éléctorat. L’important n’est pas tant que ce soit vrai, mais que son public le croit. Tout comme pour Orange, la seule chose qui importe est que ses clients croient que le DPI est effectivement pour leur bien. Dans les deux qu’à, notre avis importe peu car ils savent pertinemment que nous n’adhérerons jamais à leurs discours.

    1. Effectivement. Seul l’effet de masse importe. On le constate simplement à la liste des FAI « conviés » : seuls les gros sont concernés.
      Les petits (dont FDN) sont laissés de côté.

      On est là en pleine communication et on n’a que cela : aucune démarche raisonnée (mis à part celle qui consiste à demander peu sachant que ce n’était pas possible pour obtenir le blocage complet).
      Il fallait montrer que l’on était le coq de la basse-cour et jauger l’adversaire (la Justice et les FAI).

      Les conséquences n’ont aucune importance comme d’habitude dans ce gouvernement :
      – raconter à une heure de grande écoute que l’on a triomphé des forces du mal en Libye (alors qu’on les a bien aidées 2 ans auparavant en leur vendant des logiciels de traque et du matériel de combat) ;
      – se vanter toujours au micro de grandes radios que le chômage diminue (en omettant de préciser que c’est la croissance du chômage qui diminue et non le chiffre brut mais c’est trop compliqué) ;
      etc, etc.

      En effet, qui osera lever le petit doigt en indiquant que le remède est pire que le mal ? Mediapart ? Rue89 ?
      Mais certainement pas TF1 ou France2.

      D’un site inconnu on en fait un site méga-médiatisé, on médiatise le blocage qui n’en est pas un (le Monde a publié une liste des miroirs).

      Le gouvernement témoigne vis-à-vis de la population d’un QI de mouton. Il ne faut donc pas s’étonner des comportements qu’il induit ensuite.

      db

    2. Même « l’internaute lambda » est perdu définitivement pour l’UMP. Ils ne font plus la chasse que de ceux qui sont effrayés de ces sites « ouaibes » où semblent fleurir les nazis, les anti-flics primaires et les pédophiles…

      Il s’agit de convaincre les non internautes qu’internet n’est rien d’autre qu’une déviance, de n’en parler qu’en mal. Mais n’importe qui sachant ne serait-ce que utiliser google ne boit plus ces discours.

      « Sur la toile, un UMP est aussi populaire qu’un juif new-yorkais dans une assemblée du Hamas » déclarait un bloggeur de l’UMP récemment.

  3. PS : Par contre, il pourrait s’avérer utile que Mr Guéant pense à faire comprendre à ces fonctionnaires qu’afficher des opinions (surtout si elles sont d’extrême droite) sur FB n’est pas la meilleure idée qu’ils puissent avoir , et encore moins, le meilleur moyen d’améliorer leur image.

    1. Publier des photos dénonçant l’activité d’un flic en civil et révéler son identité par ce biais suffit amplement à compromettre sa sécurité et celle de sa famille… je ne vois pas ce que vous ne comprenez pas la dedans.

      Ses voisins le voient tous les jours sans savoir qu’il est flics, après ça … ils le savent.

  4. Bizarre… Pourquoi cette « sanction exemplaire » n’est-elle pas appliquée par le gouvernement sur des sites pédophiles ? Cela démontre que les lois de type LOPPSI n’ont pas été faits pour nous protéger des sites pédophiles…

    Ah, le peuple français est vraiment insouciant !

  5. Faut arrêter le couplet sur ces fonctionnaires de la République qui sont mis eux et leur famille en danger.
    Comme le dit Cyril : « Il faut rappeler aussi que briser des vies et des familles, est un sport national. »

    Pour une part des flics montrés sur le site par exemple (je pense a ceux de Calais ou du 20ème arrondissement de paris) leur boulot c’est de rafler du sans-papiers, donc de briser des vie et des familles, mais de manière institutionnalisée !

    En acceptant ce genre de job ils choisissent leur camp. Les identifier pour s’en protéger est tout à fait légitime.
    Pour les policiers à tendance néo-nazis, c’est pareil.
    Il faut se rappeler que ce ne sont pas des citoyens lambda, ils ont le droit, entre autre, de porter un arme.

    Enfin, le site n’appelle pas au meurtre, il incite à se méfier.

    1. Je ne suis pas non plus d’accord avec ce couplet. Je trouve que c’est déjà un peu aller dans le sens de Guéant sans se poser trop de questions.

      Dans l’histoire le problème c’est aussi Facebook et son usage au passage. C’est important de soulever ça aussi.

      Tiens demain c’est l’anniversaire du 17 octobre 1961 (pourquoi je dis ça moi ?)

      1. Même réponse : Publier des photos dénonçant l’activité d’un flic en civil et révéler son identité par ce biais suffit amplement à compromettre sa sécurité et celle de sa famille… je ne vois pas ce que vous ne comprenez pas la dedans.
        Ses voisins le voient tous les jours sans savoir qu’il est flics, après ça … ils le savent.

        1. Pour moi ça a surtout pas grand intérêt tant qu’ils ne sont en train de rien faire. ça montre rien.

          Par contre je trouve que le ministre en fait beaucoup pour pas grand chose. Et comme tu l’expliques très bien il fait surtout un bon gros effet streisand.

        2. « Même réponse »
          C’est bien là l’ennui… Les réponses automatiques aux commentaires. Certaines suggestions peuvent pourtant aider à modifier un paradigme dominant, sinon les progressions propres à l’intelligence en réseau trouvent leurs limites.
          Je ne remets pas en cause tes compétences techniques mises généreusement à disposition de l’intérêt général (aux visiteurs du site dans un premier temps) et pour une cause qui me semble partagée avec nombre de ceux qui visitent ce site, dont moi.
          Pour cela je t’en remercie vivement, en revanche je perçois souvent une certaine naïveté liée à un manque de connaissances sur de multiples sujets (non techniques évidemment) autres que les schémas de pensée diffusés par les médias de masse et qui prédisposent malheureusement à tomber dans de nombreux panneaux, mettant à mal de nombreux espoirs pour lesquels tu crois combattre. Et c’est bien dommage. Juste deux exemples :

          Sur le rôle de la police qui évolue mal en ce moment (ne jamais oublier que c’est en fonction de la direction et des mises en condition que leurs maîtres leur fixe) mais que beaucoup ne perçoivent pas encore car trop occupés par leurs tâches quotidiennes).
          Donc pour tenter de comprendre et prévenir certaines dérives, un petit retour en arrière avec ce 50ème anniversaire
          du 17 octobre 1961 en visualisant juste ce reportage :
          http://www.mediapart.fr/en/content/17-octobre-1961-le-silence-du-fleuve?onglet=

          Un autre exemple avec la libye (que l’on ne peut comparer avec la Tunisie et l’Egypte) dont j’ai lu des choses étranges sur ce site, une piste de réflexion qui tombe bien :
          Comment distinguer une invasion de l’OTAN d’un mouvement social
          http://www.legrandsoir.info/comment-distinguer-une-invasion-de-l-otan-d-un-mouvement-social.html

          1. Le « même réponse » indique seulement que j’ai une opinion là dessus que j’exprime. Cette opinion ne plait pas à tous, j’en suis navré mais c’est la mienne et c’est pas un commentaire, du moins ceux là qui feront évoluer mon opinion.

            Qu’il y ait des abus policiers, oui c’est un fait. Regardez plutôt ce qu’il se fait en Tunisie http://reflets.info/rebuild-sh-copwatch-yezzi-info/ ça me semble plus mature et responsable. En outre beaucoup ne voient là que mon opinion sur la privacy et la sécurité physique des familles.. n’empêche que je soutiens parfaitement le principe de mirorrer ce site car sa censure bête et méchante sur ordre du ministère de la police (oui ministère de la police) , n’est pas admissible.

            Par contre je maintiens que ce n’est pas cette manière de procéder qui préviendra quelque abus que ce soit.

            … donc même réponse encore fois … pas automatisée du tout, médite mes arguments et discutons en si tu veux mais ne me blâme pas de pas changer d’avis selon le sens du vent.

            Tu aurais un taff à risque, en civil, une famille des enfants que tu accompagnes tous les jours à l’école… je doute que tu apprécierais de voir placardé ta photo de cette manière. Et surtout, je doute que ta femme et tes gosses le vivent correctement. Si ces mecs sont vraiment des enfoirés, ce n’est peut être pas le cas de leur famille. C’est juste ça ma position.

  6. Quoi qu’on puisse penser de ce site, il faut veiller à ne pas colporter la propagande du ministère qui évoque une menace pour les familles tenant à la divulgation des noms et des adresses. Il n’y a aucune adresse dans les bases de données. Et les journalistes qui ont repris cet argument auraient pu et du le vérifier sans difficulté.

  7. Guéant a besoin de vous !
    Il veut installer le DPI, en s’appuyant sur le fait quand DPI, internet est une zone de non droit où les contenus illicites peuvent proliférer en toute impunité.
    Son plan est en 3 points :
    – trouver un site et demander à bloquer certains contenus,
    – grace à tous les miroirs, on constate que sans DPI, les décisions de justice sont inapplicables.
    – donc il faut du DPI.
    Guéant remercie tous les mirroreurs qui lui donnent les arguments que lui demandaient les députés.
    Sans eux, l
    L

  8. Guéant vous remercie, ne vous réjouissez pas…

    Il veut mettre en place le DPI, mais il a besoin de prouver au législateur son utilité.
    C’est chose faite grâce aux internautes et l’effet streisand. Son plan est en 3 points :
    – Trouver un site au contenu illicite, et demander l’interdiction de quelques pages illicites
    – Attendre l’effet streisand après le blocage du site
    – constater, et le dire aux députés : sans DPI, internet est une zone de non droit sur laquelle les décisions des juges sont sans effet, et donc les contenus terroristes / pédopornographiques peuvent proliférer.

    Le constat étant proche, Guéant à tous les arguments pour pousser plus loin ses billes sur le DPI.

    La différence entre wikileaks et Copwatch c’est qu’aucun juge n’a condamné wikileaks, alors que Copwatch l’a été…

    Que ceux qui lancent des miroirs se demandent qui ils servent.

  9. Donc du coup on devrait laisser un site se faire censurer sans broncher en étant priés de croire Guéant sur parole sous la menace du DPI qui n’a pas besoin de ce site pour arriver ?

    Foutre le nez de Guéant dans la crasse de sa politique me parait plus intéressant que de baisser la tête en attendant le DPI.

    La liberté de la presse ne s’use que quand on ne s’en sert pas.
    La liberté d’expression aussi.

    1. Montrer à Guéant que les gens sur internet respectent la décision d’un juge est pas mal non plus pour montrer qu’on n’a pas besoin de DPI.

      Il ne s’agit pas de liberté de la presse, mais de diffamation, c’est pas moi qui le dit, c’est un juge (même si le fond reste encore à juger).
      Passer outre, c’est nier la justice et l’état de droit.

      C’est un point de vue, mais ça va plus loin que juste mirorer un site, et ça donne des arguments à ceux qui veulent plus de régulation et un filtrage.

      1. Moi perso, je fais partie d’un FAI qui n’a pas été convié par le tribunal à bloquer le site. J’ai donc encore tout à fait le droit de consulter ce site, et mon FAI n’est pas obligé de bloquer ma demande…

        Quand bien même il le ferait, j’aurai toujours personnellement le droit d’aller visiter le site, mon FAI n’aurai juste pas le droit de donner la réponse. Je monterai donc un serveur DNS perso (environ 30mn de dur labeur avec les tutos sous le nez), et hop, le tour est joué… Je passe le simple fait de changer les DNS autoritaires dans les parametres réseaux… 1″ de manipulation, 3″ de recherche sur internet…

        De ce fait, ce matin (un lapin…), j’ai eu une irrésistible envie de faire un mirroir de ce site, comme ca pour tester l’usage de wget !

        Avec de la mauvaise foi, on peut dire beaucoup de choses. Avec du courage, on peut faire changer les choses, surtout celles qui ne nous plaisent pas. Et moi, les décisions de « surface » pourries comme ca, ca me plait pas.

        On se retrouve avec deux Internet, celui qui est ciblé par la décision de justice, et l’autre qui est exempt de ces restrictions à la noix, exactement comme avec stanjames ! La justice n’est-elle pas censée s’appliquer à tout le monde ?

        Il serait temps de comprendre que les TIC sont complexes, et qu’on ne les régule pas avec des lois et décrets promulgués pour préparer son arrivée au conseil d’aministration de telle ou telle entreprise, ou dans un poste « style » directeur des contenus multimédias chez FT… (suivez mon regard, elle a fait installer un parefeu open office dans son ministère). Surtout quand les gens qui « font » internet, sont les usagers et non les super méga copains de l’Elysée.

        C’est indéniable, ces copains ont fait beaucoup pour nous permettre d’avoir internet full HD ready tv TNT DVB HS UMP toussa toussa, mais n’est-ce pas un des domaines régaliens de l’Etat que de développer son territoire pour que ses citoyens aient la meilleure qualité de vie possible ? Les meilleures technologies disponibles ? N’est-ce pas pour ca que nous devrions payer des impots ? Pour tous ensemble, contribuer au développement de NOTRE territoire ??

        Oui, je l’accorde, ma vision est _complètement_ utopique, et je m’excuse par avance de la partager, mais c’est ce que je pense de notre pays, c’est comme cela qu’il devrait marcher, mais certainement pas comme celà qu’il marche actuellement.

        A nous de redresser la barre… Tous.

        Sinon, pour terminer, j’insiste sur le fait que la Justice doit etre la meme pour tous, et donc que ce genre de décision devrait être appliquée par tous… Preuve s’il en fallait encore, que ca n’est qu’un instrument de communication bien maitrisé de nos hommes politiques…

        Dernier point, qui après cette élucubration en public me permet de répondre à ton commentaire: De quoi suis-je coupable en dupliquant ce site ou en montant mon serveur dns perso qui lui ne connait pas les ordonnances destinées à FT ou darty ? C’est répréhensible par la loi ? Je suis bien fan d’une bonne explication avec une argumentation si tu en as à partager…

    1. Carrément !
      D’ailleurs c’est marrant, les deux premières concernant la base de données de paris c’est les huiles de la police et d’alliance, bref rien de bien confidentielle.
      Pour le reste la plus part du temps y a que des photos sans nom et pas nettes.

      Bon c’est vrai j’admets y a des commentaires haineux. Tiens je viens d’en relever un à propos d’un membre du GSP (dont le nom n’est pas donné): « attitude agressive et moqueuse, très lent en course ».
      Notez tout le fiel contenu dans la description !

      Sérieux Reflets je vous trouve très bien sur plein d’autres points, mais là je ne vous suis pas.

      1. Ouais…

        « Le Prefet de police de Paris s’appelle Michel GAUDIN, Il est en charge de toutes les opérations de police sur la capitale. Adepte de la tolérance zéro, il est le principal instigateur de la repression sécuritaire sur Paris. »

        Tu parles d’une atteinte à sa privée…

        1. Sinon oui le fait d’avoir des photos de flics en civil qui ne montrent rien c’est sans intérêt.

          C’est une raison pour déclencher un buzz en tapant à grands de bâton sur un flamby qui éclabousse plein les mûrs comme le fait guéant ?

          On attend de voir le ministre s’attaquer à la fachosphère ou les commentaires racistes prolifèrent.

  10. Quelques questions :
    1- Qu’est-ce que je risque (légalement) à faire un miroir à Copwatch ?
    2- Pourquoi Guéant insiste autant sur le fait qu’on ne connait pas l’hébergeur alors que tout le monde sait qu’il s’agit de riseup ?
    3- Pourquoi Guéant utilise cette procédure alors qu’il pouvait tout aussi bien demander à Gandi l’identité des propriétaires du site ?
    4- Pourquoi un tel silence (ou au mieux un retard à l’allumage) du web anar/aextrême gauche normalement proche de copwatch (en gros, la sphère indymedia) ?
    5- Guéant ne nous prépare-t-il pas un bon gros coup de pute ?

    bisous

    1. Mon avis : Guéant veut montrer qu’il a besoin d’outils pour faire appliquer les décisions de justice et que le filtrage du web est nécessaire.
      Sinon effectivement, il aurait suivi une procédure normale : recherche de l’auteur de l’infraction, et sanction.
      Vu son objectif, le risque à faire un miroir est minime: il ne cherche pas à sanctionner, mais à prouver qu’il faut un filtrage du web pour faire appliquer la loi et les décisions de justice.
      Ce n’est que mon avis.

    1. Ouais je l’avais vu. C’est vraiment des gros abrutis.
      Je comprend pas bien la position de Bluetouff et apparemment de Reflets sur la question.
      Quand la présence de la police cause plus la peur que la confiance il faut réagir.
      Sérieux, le/la sans-papiers, sdf ou autre, victime de violence policière vous suggérez quoi? Qu’il/elle porte plainte? Faut arrêter d’être naïf.

      1. Il y a d’autres moyens de réagir que d’exploser la sécurité physique des gens et de leur familles. Un flic même avec des positions politiques extreme(ment connes) reste un individu comme un autre et on se doit de lutter contre les abus de manière correcte. A mon sens le copwatch fr ne lutte pas contre ça correctement, d’ailleurs ce qu’en retiendra la ménagère de moins de cinquante ans, c’est que ce site est un brûlot antiflic fait par des extrémistes. Ce qui est fort dommage en soi je le concède.

        1. Bon, mais alors comment tu luttes contre ça correctement?
          Je suis bien conscient que ça joue sur un terrain très limite, mais je ne vois pas d’autre solutions.
          Et non c’est pas des individu comme les autres. Comme ça a été dis plus haut, ils sont armés et dans bien des cas à parole contre parole ça sera le policier qui aura raison.
          Désolé mais ça craint, et encore plus quand, dans certains cas, les identités recueillies lors de contrôles réapparaissent comme par magie sur des sites de fachos.

  11. Je ne vous suis pas là-dessus non plus reflets. J’ai parcouru le site et n’ai relevé aucun propos haineux. Je ne vois pas non plus le décalage que vous notez par rapport à la version américaine. Il s’agit de se prémunir contre l’impunité et la violence policière (ce qui pourrait expliquer pourquoi les fonctionnaires de police ont besoin de « vivre cacher » comme vous le suggérez, d’ailleurs). Certes, il y a eu une décision de justice, mais vous savez comme moi que cette décision est politique (si la justice était indépendante il n’y aurait pas besoin de sites comme Copwatch, Woerth serait en prison, etc…) . Guéant travaille avant tout à rassurer son électorat.

    1. Ben vous avez beau ne pas suivre, maintenant c’est la justice qui le dit et non Reflets. Notez qu’aux USA ce n’est pas le cas.

      Et quand vous dites qu’une décision de justice est politique, vous n’engagez que vous en remettant en cause l’intégrité du juge, ce qu’on ne s’amusera pas à faire dans ce cas précis.

      Je suis entièrement d’accord avec vous sur la posture de Guéant en revanche.

  12. Je persiste à croire que quelques vendeurs de DPI (qui n’est en rien récent, on en fait depuis plus de 10 ans) ont suffisamment savonné la planche auprès des politiques pour que ceux-ci n’aient plus que ce mot en bouche.

    Mais, bon sang de bonsoir, qu’espérez-vous faire en DPI avec des canaux chiffrés ?

    Hein ?

    db

  13. Je ne souhaite pas spécialement polémiquer mais quand même, (en tant que lecteur régulier) quelque chose me dérange profondément dans votre argumentaire : sous prétexte de défendre les libertés numériques vous vous rangez sur cette question du côté de M Guéant, au motif que le site Copwatch lui donne des arguments en faveur du DPI. C’est insensé et cela relève d’une conception des libertés numériques quelques peu auto-centrées et restrictive (le web n’est pas qu’un espace de jeu virtuel pour happy fiew, il traduit aussi des luttes sociales et politiques bien réelles). En effet, il me semble plus important de se préoccuper des moyens de lutter contre le harcèlement et la violence policière que de « ce qu’en retiendra la ménagère de moins de cinquante ans », comme vous dites.
    Et ce n’est pas remettre en question « l’intégrité » d’un juge que de considérer une décision de justice comme politique (vous n’avez pas suivis l’affaire Clearstream ?). Les juges aussi sont soumis à une hiérarchie et à d’amicales pressions…
    Pour conclure (je la fais courte), les libertés numériques ne servent à rien si elles ne permettent pas aussi de lutter contre la réalité des coups de matraque sur la tronche…
    Amicalement,

    1. Où diable avez vous lu que

      1° je me rangeais du côté de Guéant ? Je dénonce au contraire une manoeuvre politicienne

      2° que j’évoquais un seul instant le DPI dans ce billet ??

      Sérieux … svp … ne me prêtez pas de propos et d’intentions aussi farfelues.

  14. C’est sans rapport direct avec cette histoire mais pour dire à quel point il est difficile de faire admettre la réalité d’une répression 50 ans après même quand elle est de grande ampleur et documentée par des historiens…

    Pour l’État français, le 17 octobre 1961 n’existe pas
    http://www.bastamag.net/article1825.html

    17 octobre 1961 : vérité et justice !
    http://www.bastamag.net/article1828.html

    http://www.17octobre61.org/

    Voir aussi les archives de la préfecture mise en ligne par Owni…

    Il n’y aurait pas comme un petit problème dans ce pays ?

  15. Effectivement l’utilisation politique de l’affaire pour promouvoir le DPI a été suggérée dans les commentaires et non dans le corps de l’article. Au temps pour moi ! (mais ne s’agit-il pas de la conclusion logique de l’article si l’on s’interroge sur les finalités de la « manoeuvre politicienne » ?^^).
    Enfin bref…

    1. ET bien non ce n’était pas mon propos, par contre je stipule clairement que CLaude Guéant s’est offert une campagne de communication personnelle avec cette histoire. L’image d’un politque (surtout celle d’un Guéant, pas sexy), il faut la vendre. Vendre l’image d’un Guéant, en pré-campagne présidentielle, c’est essayer d’aller bouffer des voix au FN.
      Guéant est soit en service commandé de l’Elysée (ce que je pense), soit le monsieur commence à avoir d’autre ambitions…

      Pour info le DPI sur du SSL ça marche pas … donc votre conclusion est erronée.

      1. « Pour info le DPI sur du SSL ça marche pas … donc votre conclusion est erronée. » Ce n’est pas MA conclusion, c’est la conclusion, que je trouve du reste sensée, de certains commentateurs sur l’exploitation politique que pourrait tirer Guéant de cette affaire en faveur du DPI. Mme Michu, ainsi que l’électeur et le député moyen ignorent probablement que le DPI est inefficace sur du SSL (et du reste s’en contrefoutent…).
        Cela dit, oui, Guéant soigne les fonctionnaires de police, ce qui est somme toute logique :
        1 il est tout de même leur ministre…
        2 ils constituent son électorat de base.

        1. Effectivement, je n’aurais pas du parler de DPI dans mon commentaire, qui ne s’applique pas de ce cas précis.

          Mon propos est que Guéant veut s’appuyer sur l’affaire Copwatch et l’effet streisand montrer au législateur qu’internet a besoin de solutions de filtrage et de régulation plus poussées, car il n’est pas possible d’y faire appliquer des décisions de justice.

          Le fait que dans le cas présent il n’y ait pas de solution technique ne remet pas en cause que Guéant arrive à faire passer son message au législateur (qui n’a pas forcément une grande culture internet, et qui fait le constat que le contenu circule malgré la décision d’un juge).

  16. Bonjour,
    Juste pour réagir au fait que le site met en péril la vie des policiers et de leurs familles. Premièrement, bien que je ne sois pas complètement en faveur des procédés du site (délation, tout ça…), il me semble que ce qui met leurs vies en danger, ce sont leurs différents comportements.
    Deuxièmement, je suis peut être un peu naif, mais il me semble que des gens ont pu être licenciés parce qu’un juge a considéré facebook comme un espace public. A partir du moment où ce même policier publie son nom, sa profession et sa photo, il renonce clairement à garder sa vie privée « privée ». Non ?

  17. c est sur que l objectif est purement de la com.
    Qui est le coeur de cible de l UMP ? les vieux
    Qui curieusement sont ceux qui regardent enormement la TV mais n utilisent quasiment pas internet.
    Donc dans leur esprits internet=danger et « voter UMP »= « se proteger contre le danger »
    N oublion pas que d apres le canard enchaine, la campagne de sarkozy va se derouler sur le theme du « president protecteur »

    reste a savoir si ca va marcher …
    Apres tout les francais sont des veaux (dixit De Gaulle, pas Seguela)

  18. Bonjour,

    Le problème c’est qu’en multipliant les miroirs, nous donnons du grain à moudre à la machine à Filtrage, cela démontre que la justice ne peut pas être appliqué sur Internet et qu’il y a besoin de solution techniques plus appropriés.
    Il aurait mieux valu laisser guéant se noyer dans son verre d’eau, autant de comm’ pour un site monter par 4 gus en marges c’est ridicule…
    Cdt,
    Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *