C’était vendredi… Jour de répression et toujours pas de données sur l’échelle ouverte de l’ONU

Les manifestations se sont poursuivies ce vendredi au Yémen, en Jordanie, en Syrie, à Bahreïn… La répression aussi. Paradoxalement, il y a entre certains pays en ébullition et la Libye quelques parallèles macabres qui incitent
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

Auteur: Antoine Champagne - kitetoa

Dinosaure du Net, journaliste à ses heures. A commis deux trois trucs (Kitetoa.com, Aporismes.com et Reflets.info).

13 thoughts on “C’était vendredi… Jour de répression et toujours pas de données sur l’échelle ouverte de l’ONU”

  1. D’autant plus choquant quand on sait que les « insurgés » Libyens ne sont que des mercenaires payés et embrigadés entre autre par la France pour récupérer les zones de d’extraction du pétrole.
    Je ne cautionne pas l’attitude de Kadhafi, mais une révolution sans un pays doit se faire par son peuple.
    Sarkozy a sans doute oublié que la France traverse sa crise la plus importante depuis la dernière guerre et qu’à force de ne pas écouter son peuple (dont 15 millions d’origine arabe cela dit au passage), il amène doucement une situation de révolte.

    1. Une révolte en France ? Je serais curieux de voir ça tient… Déjà ici en Belgique, on est a 240 jours sans gouvernement et on a pas encore sortit les molotovs, alors en France… Ouais peut être qu’ils vont cramer quelques bagnoles dans les citée :D

  2. Faudrais quand même savoir:

    ils ne vont pas en Lybie, ce sont des irresponsable qui laisse un tyran massacrer sont peuple.

    Ils y vont, ce sont des irresponsables qui engage une guerre pour tout le monde sans savoir ou ça va mener.

    Ou alors c’est plutôt « Il faut faire quelque chose pour les Lybiens, mais pas les Français, c’est trop dangereux » ?

    1. @Phenix
      Il est pas là le problème, un peuple qui se révolte on lui fout la paix, on l’aide éventuellement pour réorganiser rapidement son nouveau gouvernement.
      La France orgueilleuse n’a pas à s’immiscer dans les affaires intérieures d’un pays (Tunisie Lybie, Syrie que sais-je encore ?) encore moins à manipuler l’opinion publique pour soutenir son action guerrière.
      Kadhafi ne massacre pas son peuple, reviens sur terre… Il est en guerre contre des insurgés (mercenaires financés entre autre par la France et Total) qui veulent occuper les zone d’extraction de pétrole.

      1. Non mais LOL et d’ou tu tient ça ?

        C’est vrai que Kadhafi c’est un enfant de coeur très sympa. Bon il bombarde un peu les villes ou les gens sont d’accord avec lui, mais à par ça, tout va bien…

        Mais peut être qu’il faudrait laisser faire les dictateur, après tout ça ne nous regarde pas !

        Si j’étais à leur place, je serais bien heureux de voir arriver les avions Français…

        1. J’ai simplement bossé 5 ans dans la diplomatie.
          Si tu veux un BON conseil, arrête de croire les infos des médias français. Lis des livres sur les relations internationales (cela a l’air de te passionner).
          Et SURTOUT arrête de penser noir ou blanc, le monde est beaucoup plus complexe que l’on veut bien le croire ou que l’on nous le laisse bien croire.
          Sans animosité.

          1. J’attendais des sources, pas que tu me cite ton C.V.

            Je n’ai pas de télévision perso.

            Le monde n’est pas complexe, il est binaire, si tu peux comprendre cette philosophie…
            Le monde est bien plus simple que tu voudrais le voir…

        2. va en Irak ou en Afghanistan demander si ils sont content d’avoir vu débarquer les avions américains… Ces pays sont aujourd’hui dévastés, en Irak : il n’y a plus d’hommes, il n’y a plus d’unité et en Afghanistan, un président mou pro-américain laisse le narco-trafic au mains des occidentaux (les champs de pavots sont protégés par les militaires américains).

          1. Je ne pense pas que ce soit comparable, la zone n’est pas complètement pacifiée et la guerre ne ses pas faite pour les même raison.

            Le peuple lybiens semble avoir quelques volonté d’indépendance, ce que n’avaient pas les Afgan/Irakien…

    2. Phénix, nous ne critiquons pas dans cet article le fait d’intervenir en Libye, mais la non préparation, la non organisation, la précipitation, la réutilisation politique, etc.

      Autre question : pourquoi une intervention en Libye et pas en Syrie, à Bahreïn, en Côte d’Ivoire, etc. ?

      Quelle est l’échelle qui mesure le moment où il faut intervenir ?

      1. Merci, c’est la réponse que je voulais avoir :)

        C’est clair qu’ils auraient pu mieux préparer ça.
        La réutilisation politique était prévisible. Les américain fond pareil: « Nous somme les sauveurs/défenceurs de la démocratie » c’est leur crédo depuis des lustres…

        Pourquoi en Libye ? Bonne question, probablement pour le contrôle du pétrole, une raison économique quoi…

        Quand à l’échelle de mesure, je pense qu’elle n’existe pas, simplement parce que ça dois être gérer au cas par cas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *