Au Maroc, la traque aux dissidents est ouverte… Merci Amesys !

Reflets vous avait déjà révélé le marché marocain d’Amesys. Nous nous doutions bien que le projet, nom de code « PopCorn » allait de pair avec une accentuation de la répression politique. Cette magnifique technologie française qu’est Eagle va enfin pouvoir commencer à faire ses preuves au Maroc, la traque et la criminalisation des opposants politiques y est maintenant officiellement lancée. C’est ce que nous rapporte le site Al-akhbar.com dénonçant une criminalisation des dissidents.

Le mouvement du 20 février

Il faut remonter au mouvement du 20 février 2011 pour comprendre ce qu’il s’est passé et qui a abouti au durcissement de la répression vis à vis des opposants politiques. Une nouvelle constitution devait promettre aux marocains des mesures de libéralisation. Des élections anticipées ont propulsé le  Parti islamiste Justice et Développement (PJD) au gouvernement. Les revendications du mouvement du 20 février portaient sur la lutte contre corruption, une meilleure séparation des pouvoirs, plus de liberté sur le plan économique et sur l’éducation, ainsi que le respect de la liberté de expression. Les manifestations, sous embargo médiatique de la part des médias d’état, avaient été violemment réprimées par les autorités qui accusaient un mouvement piloté par l’extrême gauche et les islamistes.

De nouvelles manifestations

Le 22 juillet dernier des manifestations se sont tenues à Casablanca, à Rabat et El Jadida. Ces manifestations, qui s’inscrivent dans la lignée du mouvement du 20 février 2011, ont donné lieu à 6 arrestations d’opposants politiques. Certains d’entre eux pourraient avoir subi de mauvais traitement et Laila Nassimi, seule femme interpelée, puis libérée sous caution, rapporte qu’on leur refuse pour le moment tout traitement médical. Les six militants sont accusés :

  • d’appartenance à un mouvement interdit, le  Mouvement du 20 Février,
  • de violences à l’encontre de la contre la police
  • de perturbation du trafic.

Ces accusations sont réfutées par leurs avocats.

Une répression discrète, mais sévère

La répression s’intensifie à l’encontre du Mouvement du 20 février et Al-akhbar.com parle de 11 militants interpelés à Casablanca pour leur supposée appartenance à ce mouvement officiellement interdit, à l’image d’un membre du Parti socialiste unifié (PSU), ayant publiquement soutenu le mouvement, qui a également été arrêté. Et c’est exactement ce qui nous inquiète aujourd’hui : l’intensification de la répression de l’opposition politique au Maroc va maintenant être épaulée, une fois de plus, par une technologie française.

Eagle en embuscade

Eagle, c’est ce système d’interception à l’échelle d’une nation qu’Amesys une société française a produit sur mesure pour le régime de Kadhafi. Ce dernier en avait usé et abusé pour traquer toute opposition. Mauvaise nouvelle pour les opposants marocains, Reflets dispose d’informations relativement précises qui nous conduisent à penser qu’un tel système a été vendu aux autorités Marocaines.

Si vous êtes un dissident marocain (résident au Maroc ou non) pensez à protéger vos communications, ces dernières sont fort probablement écoutées par les autorités grâce à Amesys qui a jugé opportun de vendre son système Eagle et surtout de quoi stocker des années de communications électroniques des internautes marocains.

Traqué – documentaire de Paul Moreira – Canal+ from fhimt.com on Vimeo.

 

Twitter Facebook Google Plus email

28 thoughts on “Au Maroc, la traque aux dissidents est ouverte… Merci Amesys !”

  1. Est-ce que vous avez des billes concrètes ? Par exemple, est-ce que des mails interceptés ont été montrés aux personnes arrêtées ?

    Je remet pas en cause le fait qu’Amesys bosse au Maroc, c’est juste pour savoir si des preuves plus précises existent.

      1. Merci pour l’article.

        Ça m’a permis de (re)mettre la main l’article de Bloomberg du 3 novembre 2011 qui contredit ce que les gens de Qosmos racontaient dans un communiqué le 8 décembre 2011, i.e. qu’il était difficile de sortir du contrat Syrien : http://www.bloomberg.com/news/2011-11-03/syria-crackdown-gets-italy-firm-s-aid-with-u-s-europe-spy-gear.html. Il faut croire que la situation avait bien changé en un mois. :)

        Je vais reposter ça dans votre article. :)

    1. Nous avons des preuves très concrètes oui, pour le Maroc comme pour d’autres marchés, nous les tenons à la disposition de la justice, mais cette dernière ne semble pas intéressée, depuis qu’une instruction judiciaire a commencé au sujet de son marché libyen, nous n’avons JAMAIS été contacté à ce sujet.

      1. Mais sinon vous n’avez pas un autre discours que « on a des preuves mais on les montre pas à nos lecteurs qui doivent se contenter d’images de lolcats et d’approximations foireuses » ? Parce que les articles creux ça commence à bien faire…

        1. Je l’aurais dit de manière plus consensuelle mais je plussoie ce commentaire. Cependant, si c’est une question de temps, je veux bien vous aider à mettre ces preuves en ligne de manière à protéger les sources et la rédaction de Reflets. Je peux aussi récolter quelques témoignages du Maroc si ça vous intéresse. Enfin bref, si vous avez besoin d’aide, demandez-la et vous en trouverez.

          1. C’est vrai qu’au bout d’un moment, reflet.info semble être devenu reflet.onselajouewikileaks mais…. sans les leaks !

          2. Reflets ne trie pas les emails, ni les informations qu’il publie, donc non, t’inquiète on ne se compare pas à wikileaks.
            Et « sans les leaks » ? tu es bien sur de ton coup ? Genre 54 go de logs, des milliers d’emails, une video du clan kadhafi faire ses amplettes d’armes à Paris, un enregistrement audio causant d’amesys en Libye…
            A ton avis on a publié combien de trucs en « exclusivité » sans jamais écrire ce mot que nous detestons par ailleurs ?

        2. Si tu es trop con pour comprendre qu’il y a une instruction judiciaire en cours que l’intéret des victimes est que nous n’interferions pas publiquement, je n’y peux rien pour toi. Notre message est on ne peut plus clair, nous avons des éléments matériels que nous tenons à disposition de la justice.
          Evidemment si cette derniere s’en cogne, nous les publierons. Point final à ton troll de merde.

        3. Ah, mais pas du tout monsieur! nos lolcats sont lourds de sens!

          Je note que vous avez remarqué quelque chose qui est très important pour nous. Vous êtes le premier et donc, vus gagnez un lolcat dédicacé de la rédaction : nous n’avons jamais publié de documents prouvant ce que nous écrivions. Nous n’avons pas besoin de ça et vous, lecteur, non plus. Nous savons tous deux que ce que nous avançons est vrai.

          Nous n’avons ni besoin de « documents » ni de « en exclusivité » ou de « scoop » ou de « information exclusive Reflets.info » pour égayer nos articles.

          Un joli lolcat, c’est mieux.

    2. En fait, ma question était plus est-ce que vous savez si c’est opérationnel ou encore en train d’être mis en place ?

      Parce qu’une fois que c’est opérationnel, c’est plus dur de bloquer l’utilisation. :/

  2. Yo, Merki pour l’article, interesting as usual…

    Dans le genre poil à gratter, on a des infos (genre investigations poussées ?…à moins qu’on vous ai menacés de finir dans un goulag ministériel pour acheter votre silence

    1. Oups, tronqué,…, sur l’utilisation d’un dpi à grande échelle en France…je ne parle pas d’Orange modifiant ces CGVs (cf. Billets de Reflets) en loucedé…

      #Amesysm’atuer
      #Lacontinuitéc’estmaintenant
      #Monsoufflechauddanstoncousentirtuvas
      #Mordrel’oreillerobligétuseras

  3. Salut,je me permet d’intervenir dans le sujet mais je sais que je suis complétement HS,est que vous auriez des info sur un même projet du coté Algérien ?,et si c’est non j’espère que vous nous tiendrez au courant si il y’a un éventuelle projet en vue.

    Pour nos amis Marocains je suis désolée pour vous et ce message provient d’un Algérien frère qui n’a jamais eu de problème vis a vis des Marocains,le problème reste politique,pas celui du peuple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *