Journal d'investigation en ligne et d'information‑hacking
par Antoine Champagne - kitetoa

Manifestation des gilets jaunes, le 26 janvier à Paris

Reportage photo - Acte XI

Quatre cortèges ont défilé samedi dans les rues de la capitale. Le nombre de manifestants est resté très élevé. Quelques heurts ont opposé manifestants et forces de l'ordre qui ont continué à utiliser les LBD 40.

Le cortège, samedi 26 janvier - © Reflets

Comme le samedi précédent, les forces de l'ordre ont été très discrètes pendant les manifestations, se cachant dans les rues parallèles au défilé. En revanche, elles étaient positionnées à l'arrivée des cortèges, place de la Bastille et de la République notamment, initiant immédiatement après l'arrivée des gilets jaunes, une nasse. Toutes les rues donnant sur les places étaient bloquées par des cars de police, des canons à eau et des centaines de membres des forces de l'ordre.

A l'arrivée du cortège sur la Place de la Bastille des heurts ont éclaté à l'angle de la rue Saint-Antoine. Les forces de l'ordre ont répliqué avec un canon à eau. La place de la Bastille étant en travaux et n'ayant pas été dégagée avant la manifestation, quelques manifestants ont trouvé sur place des cailloux et des pavés qu'ils ont envoyé sur les policiers. La tension est rapidement montée et les forces de l'ordre ont fait des incursions sur la place en la noyant sus les gaz lacrymogènes et en utilisant les LBD.

Jérôme Rodrigues, une des figures du mouvement, a été blessé grièvement et a annoncé par la suite avoir perdu son œil. Il était en train de filmer les événements sur la Place de la Bastille et diffusait en direct lorsqu'il a été touché. Rapidement, les forces de l'ordre ont mis en place un cordon autour de lui. Mais pour disperser les manifestants qui conspuaient le cordon, des gaz lacrymogènes ont été utilisés. Le vent a alors ramené le nuage...

Une info, un document ? Contactez-nous de façon sécurisée