Amesys nettoie Facebook

fuck facebookHier via Twitter, un internaute nous faisait remarquer que toutes les publications d’FHIMT.com et celles de reflets .info sur l’affaire Amesys avaient disparu de Facebook. Il semble donc qu’Amesys soit intervenu auprès de Facebook pour faire retirer les contenus gênants. Ce n’est pas la première fois qu’on prend Facebook la main dans le sac. Le réseau social américain est clairement soupçonné d’avoir collaboré avec des états pour étouffer l’opposition dans les pays du monde Arabe. Il y a peu de temps nous vous signalions également un viol caractérisé de vos correspondances privées sur ce réseau social.

Bref rappel des faits si vous étiez sur une autre planète ces dernières semaines :

  • En mai dernier, Reflets.info, particulièrement bien informé, fait la lumière sur le GLINT, un petit jouet à plusieurs millions d’euros dont l’objet est d’écouter l’ensemble d’une population. Nous suivons de près le dossier Deep Packet Inspection. Le GLINT est un produit de la société Amesys, une entreprise française qui a vendu ce jouet au dictateur Libyen Mouammar Kadhafi. Reflets.info avait bien senti un parfum de scandale d’état.
  • Nous transmettons nos informations à Owni qui poursuit l’enquête et accouche début juin d’un article très complet sur la question.
  • Fin août c’est le Wall Street Journal qui enfonce le clou après une visite, sur place, des installations d’Amesys.
  • Amesys répondra par un communiqué laconique en prenant soin de faire disparaitre les documentations commerciales de son site web. Reflets.info a naturellement répondu à la gadgetophrase d’Amesys et a pris soin de republier les plaquettes commerciales qu’Amesys a « perdu » dans sa « migration ».
  • Le malaise est pourtant perceptible même au sein des équipes d’Amesys dont les produits ont bien servi à monitorer et surveiller une population entière… La France exporte donc autant les droits de l’homme que de la censure.
  • L’histoire nous dira si Amesys s’est offert les services d’une agence en e-reputation ou a directement fait pression sur Facebook pour faire supprimer tous les contenus la concernant.
  • Reflets.info est un site dont les contenus sont mirrorés par les soins de nos lecteurs, nous encourageons cette pratique. Toute censure de Reflets.info conduirait inéluctablement à un effet Streisand. Nos amis y sont très attachés.
Twitter Facebook Google Plus email

20 thoughts on “Amesys nettoie Facebook”

  1. Je viens de poster le lien vers « la communication des marchands d’armes se prend les pieds dans le tapis de souris » sur Facebook, je vais observer s’il est supprimé ou censuré. Pour l’instant, rien n’a bougé mais ça ne fait qu’une minute :-)

  2. Petite précision concernant Fhimt.com, ce sont nos vidéos faites sur Amesys et Bull qui ont disparu… de Youtube. Joint par téléphone, Google est dans l’embarras car coincé juridiquement. Les vidéos que nous avons réalisé reprennent des images issues de clips corporates deBull et d’Amesys, ce qui pour la presse constitue clairement un droit à la caricature, à la citation, etc, mais pour Youtube, qui n’est qu’une plateforme et en aucun cas un éditeur, ils sont bel et bien forcés d’obéir à la loi sur le droit d’auteur.

    Vous pouvez néanmois les visionner ici http://www.fhimt.com/leaks/clip-bullamesys-censures/

    Nous préparons une action d’envergure pour protester contre ce nettoyage de la part d’Amesys.

  3. FB, YouTube (Google inside)… Je trouve cette censure ahurissante à notre époque. L’association Sherpa porte plainte contre Amesys (http://owni.fr/2011/09/14/plainte-contre-amesys-en-libye/), en espérant que d’autres suivent, et que la lumière soit faite sur la responsabilité de notre gouvernement dans cette affaire. C’est pas le tout de faire de la censure d’une autre époque, mais les temps ont changé, et certains citoyens ont la capacité d’être informés (merci Reflets, Owni et d’autres), et demandent des comptes. Mirrorons l’info., et cessons de faire confiance à ces marchands de lessive (FB, c’est le mallll, tout le monde le sait :D )

  4. 1) Tu veux vraiment ternir l’image de notre beau pays et de sa merveilleuse technologie ?

    2) Par là-même, tu es bien conscient que tu risques de gâcher la fête de notre ûber-président à talonnettes accueilli en sauveur du peuple lybien aujourd’hui même ?

    3) Pour redevenir sérieux (un peu), faut se méfier de toutes ces boîtes US qui monopolisent le net. D’autant que ce cher Obama n’a pas abrogé le Patriot Act (pas fou le lapin). D’ailleurs, je me souviens un passage qui va dans le même sens, dans un excellent article, sur un très site…. http://reflets.info/opsyria-retour-dexperience/#comment-6455

  5. Bonjour,

    Comme toujours, les articles de Bluetouff sont très intéressants…
    Question au sujet du mirroring proposé par streisand effect : la démarche me paraît très intéressante pour des raisons évidentes.
    Du point de vue technique et policier : que risque-t-on à mettre en place le mirroir d’un site sur un serveur hebérgé à la maison, que les autorités d’un pays tiers, ou le notre, auraient dans le nez ?
    Mon FAI peut-il me couper la ligne sans préavis ? Les RG vont-ils me ficher, faire une descente chez moi ?
    Des hackers vont-ils essayer de mettre mon serveur par terre et en profiter pour piller ma station de travail
    Bref, à quoi s’engage-t-on et quels sont les éventuels désagréments ?

    Merci !

    1. Si le contenu de ce que tu mirror n’est pas illégal en soi, ils chercheront tous les moyens de t’embeter juridiquement pour faire pression je suppose. Ils iront tapper si nécessaire sur les clauses de ton contrat avec ton FAI et ton hebergeur pour ensuite te balancer pour pouvoir te taper dessus dans les règles.

      Je ne pense pas qu’ils feraient quoique ce soit d’officiel qui soit illégal. Après, un petit coup de DDOS, ca n’a rien d’officiel et ca marche plutot bien le temps de calmer le jeu…

      De toute façon, la question n’est pas là. L’efficacité du mirroring se base sur le fait que beaucoup de gens ont l’information. A partir de ce moment là, ils ne peuvent pas s’interesser à tous les cas pour retirer l’information, c’est déja trop tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *