Menaces, intimidation, harcèlement et DDoS : les méthodes de lutte contre le piratage de AIPLEX

Il semble que Reflets soit quand même tombé sur de sacrés zigotos en révélant les activités d’AIPLEX, une société dont le coeur de métier est la lutte contre le piratage des oeuvres de l’esprit sur
Abonnez-vous ou connectez-vous pour lire le reste de cet article
Twitter Facebook Google Plus email

21 thoughts on “Menaces, intimidation, harcèlement et DDoS : les méthodes de lutte contre le piratage de AIPLEX”

  1. « U will get in trouble for this… u do not understand who u are dealing with »
    >>

    ca fait un peu rire ouai :D
    Et les 100% de detection aussi.
    Pour le reste, ce qui est etonnant, ce n’est pas qu’ils existent, c’est qu’ils affirment avoir été en contact avec l’alpa (qui dement).
    Sauf que la tendance à l’exageration de aiplex, les rend moins credible, justement…

    Je dirais quand meme que DDosser les serveurs, ca a la meme legitimité que ce que fait anonymous… donc pas…
    Si l’alpa serait criticable à se servir d’eux, les gens qui ont des sympathies pour anonymous seraient ici un peu hypocrites à critiquer AIPLEX…

      1. oui oui, je vois bien que vous avez des preuves.
        Et j’ai aussi tendance à ma dire que l’alpa a probablement du contacter AIPLEX (c’est mon opinion), malgré tout il reste une petite fenetre de tir dans laquelle AIPLEX a mythoner un truc.
        Ce qui augment la credibilité d’une requete de l’alpa, c’est quand AIPLEX precise que l’alpa aurait dit que leurs methodes etaient illégale.
        S’il avait inventé, ils n’auraient probablement pas dit ca.

    1. « All your base are belong to us » !

      Bizarrement, ces rigolos ne vont pas m’empêcher de dormir… Serait-il possible qu’ils ne soient que la partie folklorique de la guérilla anti-piratage ?

  2. Hallucinant, ils agissent vraiment avec leurs méthodes, les pires, en se foutant royalement des lois de leur pays et des pays où ils agissent.
    Mais les sociétés et les associations qui font appel à eux, sont-elles à l’abri des lois ? Et peuvent-elles continuer à utiliser tous les moyens pour arriver à leur fin ??

      1. Certes, oui. Mais en quoi devrions être si intéressés exactement? Je veux dire: à quelles retombées devons-nous nous attendre pour la Belgique?

        Si c’est une nouvelle loi criminalisant l’usage de DDoS, l’Europe s’en charge: http://bit.ly/HO6md5

        « Non, vous n’hallucinez pas, ces gens ne reculent devant rien : menaces, intimidations, harcèlement, collecte illicite de données personnelles, dénis de services, destruction de sites web, et tenez vous bien… piratage de webcams !! Le combo à 10. »

        Pour le reste, c’est déjà illégal, à ma connaissance tout du moins.

  3. Peut être que notre gouvernement de baltringues prospecte des boites (via l’ALPA), pour trouver un moyen de surveiller le DDL ? Le gouv a-t-il donné carte blanche pour cette prospection ?

    Ou bien c’est l’inverse. C’est AIPLEX qui recherche du client et qui a envoyé à l’ALPA le doc aux IP en mode « Free sample », genre « regardez ce qu’on peut faire. On rox un max. Achetez notre prod. »

    Ce qui expliquerait peut être tout ce merdier…???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *